Jolokia : un bateau favorise la diversité

Le navire Team Jolokia présente à son bord un équipage composite et hétéroclite. Son objectif est de prouver que la diversité peut créer une équipe forte, soudée et compétitive.

Jolokia, une expérience en faveur du faire ensemble

Né en 2012, Jolokia se présente comme une expérience unique : l’objectif est de réunir des individus au parcours ou au profil différent, afin de créer une équipe compétitive malgré ses disparités. À bord du Team Jolokia, un navire de 60 pieds, taillé pour le tour du monde, les 22 membres sélectionnés pour former l’équipage inédit doivent naviguer en compétitions face aux marins les plus célèbres, et devenir, ainsi, un symbole de la diversité, du vivre et de l’agir ensemble. C’est là l’enjeu principal de Team Jolokia qui vise à démontrer que « la diversité est source de performance collective ».

Pierre Meisel, l’actuel président et cofondateur de Team Jolokia explique que la composition hétéroclite de l’équipage est au cœur du projet qu’il a voulu porter : « On a créé un équipage qui représente toute les diversités – des jeunes, des seniors, des personnes en situation de handicap ou non, etc. – qui viennent faire des courses au large, pour montrer qu’ils sont capables d’être performants tous ensemble, face à des équipages qui, eux, sont très homogènes ».

Un équipage, symbole de la diversité

L’équipage est renouvelé en partie tous les ans. Les compétences de navigation et l’engagement physique font bien évidemment partie des compétences requises pour être sélectionné, mais Team Jolokia privilégie également d’autres critères, moins courants. Il faut surtout pouvoir « enrichir l’équipe » afin de « former un équipage pluriel à l’image de notre société ». La composition diverse et extraordinaire de l’équipage est une façon de nous dire : « Oui, c’est possible. Possible d’accepter l’autre et de travailler avec lui. » Ainsi, en 2018, l’équipage comprenait 12 femmes de 22 à 58 ans, 10 hommes, de 19 à 60 ans, 7 nationalités différentes et 3 personnes en situation de handicap.

Ce fut le cas d’Hervé Larhant, amputé de la jambe gauche, et membre de l’équipage pendant plusieurs années. Dans une vidéo produite par l’association (voir plus bas), il explique ce qui l’a séduit dans cette aventure : « Ce qui me plaît énormément sur Team Jolokia, c’est qu’on rencontre des gens qu’on aurait peut-être pas eu l’occasion de rencontrer dans sa vie autrement. Chacun a son projet personnel. On le met en commun, on fonctionne ensemble, on vit ensemble à bord, et en fait, cette aventure humaine est géniale ».

Un pari couronné de succès

Victime de son succès, l’association doit faire face chaque année à une augmentation des candidatures pour intégrer l’équipage. Et cette notoriété n’est pas prête de s’estomper. Cette expérience unique a récemment interpellé Gilles Vanderpooten qui leur a accordé un chapitre dans son dernier ouvrage, 20 initiatives qui font bouger la France. Sur France Inter, il exprimait son enthousiasme après sa rencontre avec l’équipage : « J’ai eu le droit d’embarquer sur le bateau pendant une journée. La diversité, on la voit, en vrai, alors que ça peut paraître un concept un peu abstrait. C’était vraiment enthousiasmant. » Déjà, en 2016, Team Jolokia avait été le sujet d’une bande dessinée, Marins d’Audace de Guillaume de Bats.

Mais leur succès n’est pas simplement symbolique. Team Jolokia est un équipage compétitif, qui a, depuis sa création, obtenu la reconnaissance de ses pairs. En témoigne l’éloge d’Isabelle Autissier, navigatrice et présidente de WWF-France : « Les coureurs au large savent bien que la première et plus indispensable composante de la victoire c’est la complicité de son équipage. La solidarité : une arme au service des hommes, c’est ce que Jolokia met en œuvre et nous avons tous à en apprendre. » Samedi 18 mai, après deux mois d’entraînement, le nouvel équipage du Team Jolokia participera à la onzième édition du Tour de Belle-Île.

Un modèle pour d’autres initiatives similaires ?

En dehors des compétitions, et loin du navire Team Jolokia, l’association organise des conférences auprès des entreprises, mais également des établissements scolaires pour promouvoir la diversité. Elle dispose d’un véritable laboratoire social et managérial composé de chercheurs et d’experts, qui interrogent l’équipage et étudient de près les performances de cette expérience, décidément hors du commun.

Car le navire et l’équipage ne représentent que la première partie du projet. Leur aventure entraîne, par la suite, des études et des analyses pour tirer un bilan de cette expérience. Ainsi, pour Pierre Meisel, « le but n’est pas de se cantonner au bateau et de faire naviguer des gens pour leur plaisir. Le but, c’est bien d’extraire de la matière, extraite par un laboratoire social et managérial composé de chercheurs, des anthropologues, des philosophes, des chercheurs en management, des consultants en management. Et notre objectif, c’est d’analyser les pratiques qui ont lieu à bord pour être capable de les transmettre à tout type de structure, notamment le monde du travail. On veut toucher les scolaires, on veut toucher le grand public. » Mission réussie pour l’association qui montre avec la Team Jolokia que « nos différences sont une force », comme son slogan l’indique.

Vous aussi, exprimez-vous !

Please enter your comment!
Veuillez renseigner votre nom ici

deux × 5 =