Paris : une rue zéro déchet voit le jour

Pendant un an, une opération « rue zéro déchet » va être expérimentée à Paris. L’objectif est d’accompagner les habitants d’un quartier à réduire considérablement le nombre de leurs déchets, à travers l’apprentissage de bonnes pratiques mais aussi par des expérimentations, qui, si elles se révèlent efficaces, seront appliquées de manière plus générale à l’ensemble de la ville.

Objectif « Rue zéro déchet »

À partir du samedi 8 décembre, la rue de Paradis va être le théâtre d’une opération d’envergure : pendant une année, jusqu’en décembre 2019, elle va devenir une rue « zéro déchet ». C’est la mairie du Xe arrondissement, en partenariat avec l’association Zéro Waste Paris qui a décidé de mettre en place cette initiative. Djémil Ahmed, chargé de mission à la mairie, déclare dans Télérama : « C’est un effort pas à pas de sensibilisation et de formation des différentes parties prenantes de la rue, mené sur la base du volontariat, pour les amener à réduire leur production de déchets ou à les réutiliser et éviter leur incinération ou leur mise en décharge. À terme, c’est plus de fluidité dans nos rues et une économie pour la collectivité. »

C’est donc un véritable défi lancé par la mairie d’arrondissement aux 3.000 habitants de la rue de Paradis qui vont devoir réduire au maximum leurs déchets. Ils seront accompagnés par la centaine de commerçants du quartier, par les nombreux bureaux qui s’y trouvent également mais aussi par les équipements publics comme les écoles. Au total, c’est l’ensemble du quartier, soit 6.000 personnes qui vont être concernées par cette lutte contre les déchets.

Un défi collectif

L’initiative est venue d’une réunion de quartier comme l’explique, au micro d’Europe 1, Léa Vasa, adjointe à la Maire chargée du développement durable : « L’année dernière, en fin d’année, on a réuni tous ceux qui font le Xe arrondissement : associations, citoyens, organismes publics, élus. Et on leur a posé cette question : qu’est-ce qu’on peut faire concrètement pour arriver aux objectifs de la COP 21 et lutter contre le changement climatique, mais que ça nous touche aussi dans nos vies quotidiennes, plutôt que de simplement pointer du doigt autrui ? ».

L’écologie et les enjeux environnementaux regroupent de nombreux sujets mais l’un d’entre eux, dans ce contexte, semblait tout désigné : « Parmi les grands thèmes qui sont sortis, il y a eu la question du déchet. » L’idée est alors de concentrer tous les moyens disponibles dans une rue, pendant un an et de multiplier les expérimentations. C’est une véritable entreprise collective qui va se mettre en place samedi : « L’objectif est de faire ensemble. Ce ne sont pas des incitations mais des outils : on va mettre tout ce qu’il faut à disposition ».

Un futur modèle à suivre ?

Le choix de la rue de Paradis n’est pas anodin puisque le quartier est un échantillon représentatif de la ville avec sa mixité sociale ; une population aisée installée plus récemment cohabite avec une population plus modeste dans cet historique quartier populaire. C’est surtout l’un des quartiers qui fait figure de mauvais élève en ce qui concerne le recyclage : les habitants jettent 488 kg d’ordures par an, contre 418 kg en moyenne pour l’ensemble de Paris.

Mais le défi ne sera pas imposé aux habitants, il se fait sur le volontariat. L’objectif est de sensibiliser et de promouvoir les bonnes pratiques auprès des habitants : « On va les accompagner, leur donner toutes les informations disponibles et puis sélectionner avec eux les petites choses qu’on peut d’abord faire facilement et qui nous aide vraiment à réduire la quantité de déchets qu’on produit. Tout au long de l’année, on va y aller progressivement, et dès qu’on va trouver un blocage en face de nous, on va implémenter des solutions, soit qui existent déjà, soit, et c’est là où c’est intéressant, on va faire intervenir des innovateurs qui ont envie d’expérimenter leur solution et de créer de nouvelles idées ».

Des solutions simples pour réduire ses déchets

Il faudra donc attendre un an pour découvrir si l’expérimentation aura su remplir ses objectifs, et si de nouvelles méthodes de réduction des déchets auront vu le jour. La mairie du Xe arrondissement veut faire de la rue de Paradis, un modèle à suivre en matière de recyclage et de réduction des déchets. Mais en attendant, les recommandations restent classiques et sont applicables par tous :

  • Réduire les emballages : « Dans une poubelle, il y a la moitié, en moyenne, d’emballages, donc qu’on peut éviter. C’est par exemple, votre bouteille de shampoing qu’on peut remplacer. » Dans cette optique, de plus en plus de personnes font le choix de vivre sans emballage plastique, et y arrivent (voir la vidéo ci-dessous).
  • Proscrire les emballages à usage unique : ne pas acheter de gobelets en plastique, par exemple. Mais sur ce point, c’est surtout aux commerçants et aux restaurateurs d’agir. La mairie du Xe arrondissement souhaite les inciter à proposer des emballages en carton recyclable ou à mettre en place une consigne pour les plats à emporter, sur le modèle des consignes utilisées dans les concerts ou les festivals.
  • Le compostage : « Le quart de la poubelle, c’est du bio-déchet. On peut le composter très facilement ».
  • Mieux promouvoir le recyclage : à Paris, mais aussi dans d’autres villes, les poubelles de tri et les bacs pour recycler le verre ne sont pas présents dans tous les immeubles.
  • Installer un réfrigérateur partagé dans le quartier : c’est une initiative récente qui permet de lutter contre le gaspillage alimentaire.
  • Promouvoir les recycleries : beaucoup de personnes jettent des objets qui pourraient être réutilisés. Les recycleries, parfois très élaborés comme le Smicval Market, permettent de donner une seconde vie aux objets et limiter ainsi les déchets.

Un enjeu environnemental

L’initiative s’intègre parfaitement dans le Plan Climat de la ville de Paris. La question des déchets y est présentée comme un défi majeur pour la capitale, car le poids de la poubelle parisienne « a doublé depuis 1940, passant de 239kg par habitant à 485kg en 2015 », avant de baisser à 418kg, ces dernières années. Paris se fixe d’ailleurs l’objectif « zéro déchet non valorisé » pour l’année 2020. La rue de Paradis va donc lui emboîter le pas.

Mais à travers cette initiative, la mairie du Xe arrondissement souhaite avant tout servir d’exemple et inciter une prise de conscience globale. Aujourd’hui, plus que jamais, la question de l’environnement est primordiale et nous pouvons, chacun, modifier nos modes de consommation pour améliorer la situation. Car celle-ci devient critique. Chaque année, à partir du mois d’Août, nous entrons en dette écologique : on consomme chaque année beaucoup plus que ce que la Terre peut produire par an. La réduction des déchets fait partie des enjeux à relever rapidement ; en témoigne l’ampleur que prend « le 7e continent » de plastique que l’on trouve dans l’océan Pacifique. Des solutions vont être apportées avec cette initiative qui commence samedi, en même temps qu’aura lieu la marche pour le climat.

Vous aussi, exprimez-vous !

Please enter your comment!
Veuillez renseigner votre nom ici

5 + dix-neuf =