UBIC : la culture de l’université aux territoires

L’Université de Bordeaux a mis en place une plateforme, l’UBIC, afin de lier les acteurs culturels et les collectivités à leur laboratoire de recherche et d’accompagnement sur les politiques territoriales.

Un projet issu du PIA

En 2010, le gouvernement français lançait le Programme d’Investissements d’Avenir (PIA) dans le but de financer « ce qui fera la force de la France de demain ». Identifiés comme prioritaires, l’enseignement supérieur et la recherche se sont vu doter d’un budget de 22 milliards d’euros dédiés sur dix ans, en leur qualité de secteurs-clés. L’IdEx Bordeaux, pour « Initiative d’excellence de l’Université de Bordeaux » est le fruit de ce programme. Ce pôle d’enseignement supérieur et de recherche scientifique fait partie de la dizaine de pôles qui a été créée grâce aux investissements du PIA.

Afin de répondre à la tâche qui lui incombe, l’Université de Bordeaux met en œuvre « des programmes innovants en matière de recherche, formation et transfert des savoirs », en collaboration avec les organismes de recherche et les établissements partenaires du consortium IdEx Bordeaux. C’est de cette collaboration qu’est né un projet de plateforme de rencontres et d’échanges d’expertises culturelles, l’UBIC (Université Bordeaux Inter-Culture). La plateforme doit faire le lien entre le monde de la recherche et celui des structures professionnelles et institutionnelles, comme les collectivités territoriales autour de projets culturels.

Un concept unique

L’UBIC se présente comme un « centre d’Innovation Sociétale en Sciences Humaines et Sociales, ayant pour mission principale le renforcement et le développement des liens entre le monde universitaire et le monde socio-économique, sur la thématique ‘‘culture, économies créatives et territoires’’ ». Une façon de lier les territoires et le monde de la recherche, comme l’explique François Pouthier, directeur de l’agence culturelle de la Gironde (IDDAC) et enseignant associé à l’université Bordeaux Montaigne : « Nos « territoires » sont confrontés à de fortes mutations sociales, financières et politiques. En tant qu’enseignant universitaire et également professionnel de la culture, je saisis la plus-value d’UBIC dans cette interface entre chercheurs et acteurs territoriaux, locaux comme internationaux. Cet apport de valeurs se concrétise certes en termes de connaissances, spécificité de la recherche universitaire, mais également en termes d’accompagnement à mettre en œuvre. »

Concrètement, l’UBIC a « pour objectif de mettre à disposition des professionnels du secteur (créateurs, opérateurs, acteurs publics…) les savoirs et savoir-faire universitaires dans trois champs prioritaires ». Ces champs se trouvent être au cœur des mutations des projets et politiques culturels  : cela concerne « la territorialisation des projets et politiques culturels », « l’évaluation des projets et politiques culturels, notamment dans le cadre de démarches européennes » et enfin, « la formation des cadres francophones à la politique culturelle ».

« Un ‘faire ensemble’ qui profite à tous »

Ainsi, l’UBIC est une plateforme qui rassemble à la fois des laboratoires, des enseignants-chercheurs, des étudiants, des professionnels, des représentants des collectivités territoriales mais également des acteurs de terrain. Ils sont amenés à se retrouver autour d’objets d’étude « qui interrogent la place et le rôle de la Culture, prise dans un sens large, au sein des continuum socio-économiques. »

Cette démarche repose sur 3 principales modalités d’action :

  • « le design de données (issues des acteurs de terrain ou des acteurs territoriaux) pour mettre en forme les informations, bonnes pratiques, connaissances existantes afin d’en favoriser le partage et l’appropriation »,
  • « l’élargissement et la diversification des modalités de formation des acteurs »
  • et enfin, « l’accompagnement des porteurs de projet (assistance à maîtrise d’ouvrage, co-production…) ».

Grâce à sa démarche « hybride », la plateforme peut conjuguer différents modes opératoires en fonction des accompagnements de projets : cela peut être de la recherche-action, du design d’information, de la cartographie, de formation-action, etc.

Les objectifs de l’UBIC. Source : https://ubic.u-bordeaux.fr/files/plaquette_ubic.pdf

Ainsi, les acteurs de la culture et les collectivités territoriales vont pouvoir profiter d’une expertise universitaire pour réaliser des projets culturels. Mais l’UBIC doit aussi être très avantageux pour le monde universitaire comme le confirme François Pouthier : « ce « faire ensemble » repose sur un principe de réciprocité car il nourrira sans nul doute nos propres recherches. Enfin, cette capacité à mobiliser enseignants-chercheurs, doctorants et post-doctorants et également étudiants de nos filières universitaires permettra pour ces derniers, dans leur rencontre avec des « acteurs de terrains », de faciliter une meilleure connaissance et donc leur meilleure insertion dans un monde professionnel. »

Car l’UBIC doit également permettre d’améliorer l’insertion et la professionnalisation, parfois difficiles, des étudiants des masters culture : « le projet d’innovation sociétale a vocation à coordonner des projets tutorés ou des contrats offrant aux étudiants (pendant ou après la formation) la possibilité de se mettre au service du monde socio-économique et d’étoffer leur expérience. » Une plateforme qui adopte donc un système qui a tout du « gagnant-gagnant ».

Vous aussi, exprimez-vous !

Please enter your comment!
Veuillez renseigner votre nom ici

14 + vingt =