Faire un discours : 4 basiques à connaître

Mise à jour : janvier 2018

Janvier, période chargée en discours pour les élu.e.s : les vœux aux citoyens, les prises de parole pendant les vœux des associations, les galettes des rois, les projets de début d’année à inaugurer ou encore les vernissages qui ouvrent la saison culturelle, il y a de quoi faire. Pour cela – et même après presque 4 ans de mandat – quelques conseils sont toujours les bienvenus. 4 trucs pour exceller dans ces exercices qui ne sont pas évidents.

Le truc n°1 : être cohérent

Le mot savant derrière cette idée c’est « la congruence », ou comment faire de son discours un moment incarné.


congruence

nom féminin (latin congruentia, conformité) – Littéraire.
Fait de coïncider, de s’ajuster parfaitement.


La cohérence entre son discours et son attitude est, en effet, primordiale. Nous avons tous déjà assisté à une prise de parole pendant laquelle l’orateur ne correspond pas du tout à son attitude et ce que nous avons observé c’est le décrochage. En effet, quand le discours n’a pas de cohérence avec l’attitude, le public décroche. Le non verbal peut trahir et avoir un effet néfaste sur votre prise de parole.

Alors pour éviter ce moment désagréable – pour vous et pour votre auditoire – soyez authentique. Ne jouez pas un rôle si ce n’est pas votre fort, personne ne vous reprochera d’être vous-même, au contraire.
Pour bien se connaître, un travail sur soi est nécessaire. Il vous permettra de savoir qui vous êtes, ce qui vous anime et le mettre en lien avec le message que vous voulez transmettre. D’ailleurs, quand vous parlez avec conviction et avec authenticité, la question de la posture passe en second plan, car vous incarnez votre message et votre corps le traduit naturellement.

Truc à savoir n° 2 : bien gérer sa posture

Il est connu et reconnu que rester droit est un plus. Si cela peut paraître très basique au premier abord, ce n’est pourtant pas toujours le cas. Un moment de relâchement et hop, le dos se courbe, la tête penche sur un côté et une hanche perd son axe.

A lire aussi : Mandat local – les 4 clés de la prise de parole en public

Rien de pire que ne pas être ancré.e dans le sol et ne pas être bien droit.e pour faire passer un message. Votre prestance ne fera que perdre si, physiquement, vous n’êtes pas en train d’incarner votre discours. D’autre part, se laisser aller lors d’une prise de parole risque de faire passer la mauvaise intention – même c’est non verbal. Vous représenterez l’élu.e peu dynamique, qui ne croit pas à ce qu’il.elle est en train de dire. Bref, quelqu’un qu’on ne voudra pas forcément écouter.

Un conseil pratique qui marche pour moi, c’est de m’observer dans un miroir et mettre en application les conseils de mes cours de pilates : les épaules basses, la tête bien droite, les abdos contractés et les jambes écartés dans l’alignement du bassin. Mon médecin dirait « pense qu’un fil prend sur le dessus de ton crâne et te tire vers le haut », un conseil qui marche !

Savoir regarder son auditoire : conseil pratique n°3

Tout le monde vous l’a certainement déjà dit et c’est parce que c’est l’un des meilleurs conseils : regardez votre public. Une prise de parole par quelqu’un qui fuit le regard de ses auditeurs, ce n’est pas agréable à vivre pour les spectateurs et peut devenir déstabilisant pour l’orateur. Bref, nous ne le conseillons à personne.

Pour balayer la salle du regard, venez accompagné.e. Avant de prendre la parole, répartissez les membres de votre famille ou vos ami.e.s dans la salle afin d’avoir des points d’ancrage visuels. Les plus timides pourront réellement s’appuyer sur ces visages connus et donner l’impression de balayer l’assemblée du regard, celles et ceux qui sont plus habitués à la tâche pourront bien répartir les coups d’œil. L’idéal est d’avoir 3 congénères afin de les répartir équitablement : l’espace droit de la salle, le centre et l’espace à gauche.
Une astuce positive conseillée par nos formateurs qui laisse voir que vous sollicitez le regard de tout le monde… sans vraiment le faire ;)

Formation associée : Communication politique

Niveau 2 de la prise de parole – pour quand vous vous sentirez plus à l’aise, que ce soit lors de ce discours ou plus tard pour une autre prise de parole : à vous l’interaction avec le public !
Pour rendre votre discours vivant, vous pouvez rebondir sur les expressions des personnes qui réagissent à votre discours. Elles acquiescent vos dires ou elles affichent une expression réprobatrice : n’hésitez pas à interférer – à vous de juger si c’est le moment ou pas de le faire, attention cependant à ne pas vous jeter dans la gueule du loup avec les avis négatifs.
La synchronisation du public vous permettra aussi d’adapter votre discours et rendre votre élocution encore plus intelligente car en adéquation avec votre environnement.

Dernier point : donner de la voix

Faire un discours, c’est très bien, poser sa voix pour éviter d’être surnommée « la chèvre », c’est mieux. Les techniques vocales, comme le reste, se travaillent pour éviter que votre voix déraille au moment de votre prise de parole.

Première chose : pensez aux respirations. Dans votre texte – si vous gardez vos notes avec vous – identifiez ces moments. Une autre couleur, un symbole, qu’importe, il faut cependant que ce soit lisible pour vous. Rappeler qu’il faut respirer pendant un discours peut surprendre, mais je vous assure que vous ne seriez pas la ou le premier.e à l’oublier à cause du trac ! De grandes inspirations et de grandes expirations serviront votre discours… plus que 10 halètements successifs.

discours

Avant votre discours, échauffez votre voix. Nous ne sommes pas tous.tes des Céline Dion et n’avons pas besoin de repos avant un concert, au contraire, la voix est comme un muscle à travailler avant de le faire marcher. Vous noterez cependant que nous parlons d’échauffement et non pas de karaoké, qui risquent de vous rendre aphone la veille de votre discours. Pour échauffer votre voix, il vous suffit de parler non-stop pendant une à deux minutes avant votre prise de parole, une simple répétition de syllabes suffira.

Amenez-vous un verre ou une bouteille d’eau également, le risque : elle ne servira à rien. Si vous sentez votre bouche s’assécher – ce qui arrive régulièrement lors d’une longue prise de parole – cela vous permettra d’avoir une solution et de ne pas paniquer.

Faire un discours n’est pas chose simple, mais si les autres y arrivent, vous le ferez avec brio aussi ! La préparation reste la clé de la réussite, donnez-vous les moyens et croyez en vous, ce sera déjà le début du succès.


A lire aussi :

Laissez un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

dix − trois =