Commune résidentielle, comment redynamiser la vie locale ?

C’est la problématique des communes en périphérie de grandes agglomérations ou métropoles : comment sortir du cercle vicieux de la « ville dortoir » ? Les citoyens ne sont habitants de la commune que pour dormir, n’y sont que de passage et n’y consomment donc que peu. Sans consommation, difficile de générer de l’activité. Dès lors, comment redynamiser la vie locale ?

Repenser son urbanisme

Pas de consommation sur le territoire, pas de sortie, pas d’activité… Est-ce dû à un manque d’offre ou est-ce une volonté de « vivre ailleurs » ? Dans tous les cas, un cercle vicieux s’installe : pas de commerce > pas de vie > pas de personnel de santé > pas d’associations > pas d’animation > pas d’habitants > pas de ressources financières > pas de soutien au développement local… Comment en sortir ?

Première étape, l’urbanisme. La lutte contre l’étalement urbain prônée par la loi Alur compte limiter le développement des zones commerciales et des lotissements en périphérie qui contribuent à éloigner l’activité des centres-villes.

A l’image de Périgueux, Grenoble ou encore Guérande, une cinquantaine de communes se sont déjà lancées dans une démarche d’urbanisme innovante dite « BIMBY », Build In My BackYard que l’on peut traduire littéralement par « Construire dans mon jardin ». L’idée ? Lutter contre l’étalement urbain par une optimisation de l’utilisation des terrains constructibles, une voie alternative et « douce » pour proposer de nouveaux logements dans un contexte où le prix du foncier est de plus en plus fort et les préoccupations écologiques de plus en plus importantes.

commune-residentielle
8 La démarche BIMBY, solution à l’étalement urbain ?

Sur la base du volontariat, un habitant peut céder une partie de son terrain pour créer de nouveaux logements comme une maison de plain-pied pour un parent âgé ou un logement pour un enfant. Outre l’intéressant intérêt financier et l’idée de limiter l’étalement urbain, la démarche peut aussi solutionner en partie les problèmes d’accès au logement. Selon les partisans de la démarche, le potentiel est réel : on estime que la France compte 14 millions de maisons individuelles. Ainsi, si un propriétaire sur 100 cède une partie de son terrain, 140 000 terrains seraient disponibles chaque année.

Exemple parmi d’autres, le Département d’Île-et-Vilaine propose des aides aux communes qui souhaitent redynamiser les centres-bourgs via davantage de logements sociaux, la densification résidentielle et la sauvegarde des terres agricoles afin de créer de la vie, de l’activité et soutenir une politique favorisant l’implantation de commerces, de services et d’équipements publics.

Redynamiser son centre bourg

Misant sur le moindre prix du mètre carré dans les communes périphériques et sur le moindre coût pour la livraison des marchandises hors des centres urbains, les hypermarchés se sont imposés à une époque où l’essence était bon marché et l’intérêt pour le développement durable moindre.

Conséquence dramatique pour les cœurs des villes : les hypermarchés les ont privé de leurs flux naturels de marchandises et ont drainé les personnes hors des centres-villes. En parallèle, du fait d’un coût du foncier très attractif, les élus ont mené pendant de nombreuses années une politique de création de nouveaux lotissements en périphérie des bourgs avec les mêmes conséquences néfastes pour les centres-villes.

Or, aujourd’hui, la plus grande réticence face à l’utilisation de la voiture ou l’évolution de la demande vers une plus grande exigence et une consommation locale – mais aussi l’essor galopant du e-commerce – mettent à mal l’attractivité de ces hypermarchés. Dès lors, les collectivités doivent renforcer l’attractivité des centres-villes.

commune-residentielle
Le marché au coeur de la ville, un indispensable pour soutenir l’activité des centres-villes

Pour les familles comme pour les commerces, il est souvent moins onéreux et plus aisé de construire du neuf en périphérie des bourgs plutôt que de se lancer dans de l’acquisition et de la réhabilitation de bâtis en centre bourgs avec parfois des coûts non prévus. Dès lors, les élus des communes résidentielles doivent agir de façon à inverser ce différentiel.

Aussi, les élus du Pays Centre Ouest Bretagne proposent d’investir dans des bâtiments, les réhabiliter en commerces et les mettre en gérance de façon à ce que des gérants puissent vivre décemment de leur activité car ne devant pas rembourser d’emprunt liés à l’immobilier.

La fiscalité locale peut aussi être un levier intéressant à travers deux taxes :

  • la taxe sur la friche commerciale : elle va conserver les locaux vacants au niveau des locaux professionnels. C’est « un peu une incitation pour qu’il y ait une action derrière qui soit engagée par le propriétaire » explique Coraline Arsac du Cabinet Fiscalité & Territoire à Montpellier. Ainsi, « souvent la taxation, notamment facultative, a en fait pour objectif d’inciter à l’action pour qu’il y ait quelque chose qui se passe ».
  • la taxe sur les locaux vacants : également manière d’inciter le propriétaire à bouger, « quand il y a des locaux vacants depuis un certain nombre d’années, on les taxe. Comme ça, cela permet au propriétaire de se décider s’il loue, s’il paye la taxe parce qu’il souhaite continuer à en jouir comme il en a envie ou s’il vend ».

« Le petit commerce, c’est vital pour éviter les villages-dortoirs », Jacques Drouhin, maire de Flagy et président de l’association des communes rurales de Seine-et-Marne.

Par ailleurs, le FISAC existe aussi comme moyen de soutenir les commerces dans les centres-villes. Proposé par la Direccte, le Fonds d’intervention pour les services, l’artisanat et le commerce est un dispositif de subventions pour les communes qui s’engagent dans des actions en soutien des commerces locaux. Elles peuvent être la réalisation d’études et de diagnostics, la mise en place d’animations, d’opérations de promotion du commerce et de l’artisanat locaux, d’aides directes à la rénovation des vitrines, à la mise en accessibilité et à la sécurisation des locaux commerciaux.


A Noyon (Oise), afin de redynamiser le centre-ville, la municipalité a crée le poste de « manager de centre-ville« . Chargé de promouvoir et d’animer le commerce local, sa mission le conduit à démarcher, accueillir, informer et orienter les commerçants ou futurs commerçants qui souhaitent s’installer en centre-ville de Noyon. Il intervient également comme soutien à l’association des commerçants et encadre le Fisac.


L’indispensable offre de loisirs

Sortir du cercle vicieux de la ville dortoir, c’est aussi miser fortement sur une offre culturelle, sportive, de loisirs qui encouragerait les habitants à sortir, à nouveau déambuler dans les rues, redécouvrir leur ville.

Ainsi, à Quimperlé, profitant de la nécessité des travaux consécutifs à de violentes inondations, la municipalité (aidée de la région et du département) a mené avec l’artiste plasticien mondialement connu Yann Kersalé une illumination des berges de l’Isole, un parcours géopoétique invitant les passants à déambuler et à reconquérir leur espace public.

L’idée d’impulser un « choc esthétique pour effacer le traumatisme des inondations » répondait aussi à un projet né d’une volonté municipale de ne pas se contenter « d’envisager l’espace public d’un point de vue urbain […] mais d’aussi aller chercher un lien avec la sociologie, avec l’histoire, avec la contemporanéité, de ce que cet espace évoque pour la ville » nous explique Cécile Peltier, adjointe à la culture.

commune-residentielle
Pour générer de l’activité et attirer du monde dans le centre-ville, multipliez les animations tout au long de l’année

Ville proche de plusieurs centres d’activités (Lorient, Quimper, Concarneau…), à Quimperlé, on veut surtout éviter que la ville ne devienne « un simple lieu de passage, une ville dortoir. Il est important que les résidents prennent plaisir à déambuler dans leur ville ». Ce projet répond donc à un objectif de recréer un lien affectif avec leur espace public, « leur rappeler que c’est le leur ».

Alors que de nombreux élus sont aujourd’hui simplement dans une posture d’administrateur, « des spécialistes de la régulation » estimait Joseph Spiegel, les maires et les élus doivent retrouver leur rôle de moteur du dynamisme local. Ils doivent être l’impulsion qui installera un cercle vertueux. « En plus des associations, c’est au maire d’aiguillonner, de proposer et pas seulement de gérer les problèmes de voirie ou de permis de construire » explique ainsi le maire de Flaguy M. Drouhin…

Vous aussi, exprimez-vous !

Please enter your comment!
Veuillez renseigner votre nom ici

19 + sept =