Fusions : acteurs locaux et élu.e.s font le bilan

Ce mandat a été marqué par la restructuration de nos territoires. Des villages aux régions, les différentes lois ont bouleversé le paysage local. Les transferts de compétence et les frontières des collectivités ont considérablement évolués : quels sont les enseignements à en retirer ? 3 ans après la loi, faisons un premier bilan.

3 ans après : faire le bilan

Nous avons décidé de parler, lors des Journées Nationales des Femmes Elues, de ces fusions, transferts de compétences, et relèvement du seuil minimum d’habitants. Ces dispositions légales ont contribué à une mutation nationale des territoires. Si les élu.e.s ont suivi de près ces modifications – devant incarner les lois sur le terrain – beaucoup se sont senti.e.s dépourvu.e.s. Loin des décisions nationales, c’est pourtant au cœur des territoires que tout s’est joué : ce sont ces femmes et ces hommes élu.e.s qui ont repensé les organigrammes, accueilli de nouveaux agents et ont dû repenser les organisations pluriannuelles.

> Découvrir le programme des Journées Nationales des Femmes Elues <

Alors, pour débattre et faire le constat de ces réalisations, ce sont 4 personnalités du terrain mais aussi nationales que nous avons conviées : des élu.e.s locaux, un géographe, une sénatrice pour vous répondre ! Pour faire le bilan, nous avons confié Franck Gintrand, géographe et spécialiste des territoires. Il abordera une vision technique présentant les avantages mais aussi les problématiques auxquelles ont dû faire face les élu.e.s. Autre fonction, autre point de vue, Monique Aibar, conseillère déléguée aux finances de La Baule-Escoublac témoignera de son expérience. Sa commune ayant été précurseuse dans sa région en matière de fusions et réorganisations internes afin de faire d’une obligation légale une chance pour le territoire.

3 ans après : penser à l’avenir

Dans un contexte légal mouvant, nous avons adapté notre table-ronde. Alors que nous ne voulions faire le bilan de ces 3 ans, l’actualité législative nous a incité à penser à l’avenir. La réforme des institutions en ligne de mire nous a fait penser à de nouveaux axes. Annick Billon, présidente de la délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes du Sénat, viendra témoigner de la perte de vitesse de la place des femmes en politique et notamment au sein des intercommunalités. De nombreuses associations et acteurs de la vie politique locale – dont fait partie Elueslocales.fr – demandent la parité dans les communes de moins de 1.000 habitants mais aussi dans les exécutifs intercommunaux.

> S’inscrire aux Journées Nationales des Femmes Elues <

Enfin, Philippe Laurent, président du Conseil Supérieur de la Fonction Publique Territoriale et maire de Sceaux présentera, grâce à sa double casquette, les difficultés qu’ont rencontrées les collectivités et celles qu’il sera important d’éviter lors des prochaines réformes. Les témoignages de ces experts et élu.e.s qui travaillent sur des strates très différentes vous permettront de faire le point à date sur une situation nationale et poser vos questions pour avoir plus d’informations concrètes.

Rendez-vous aux Journées Nationales des Femmes Elues pour faire le point sur une situation en pleine mouvance ! Parlons des territoires et représentons-les afin d’en faire des communes, des intercommunalités, des départements et des régions d’avenir pour les administrés.

Vous aussi, exprimez-vous !

Please enter your comment!
Veuillez renseigner votre nom ici

17 − quatorze =