Inondations : quels outils mettre en place dans sa commune ?

Alors que de nombreuses communes sont touchées par de fortes inondations en ce moment, il est judicieux de rappeler le rôle de la mairie face aux intempéries de cette nature. Retour sur les outils à mobiliser et les démarches à préconiser.

Le Maire : un acteur majeur face aux inondations

La semaine dernière, une vingtaine de départements a été touchée par les inondations. Actuellement, onze sont en vigilance orange, en prévision d’une nouvelle crue de la Seine.  Si l’ampleur du phénomène impressionne aujourd’hui, le risque d’inondation en France ne se limite pas à quelques endroits ; il concernerait plus de 16.000 communes, soit une sur 3, alors que le problème reste encore très mal appréhendé par les citoyens. Les communes ont un rôle essentiel à jouer pour limiter l’impact de ces intempéries qui sont, parfois, meurtrières.

Face aux inondations, les maires sont les premiers à devoir agir pour protéger la population et les biens. Ils ont la responsabilité d’alerter, d’informer et d’évacuer la population. Les maires sont l’autorité de police municipale : tant que le Préfet n’assure pas cette fonction, c’est aux maires d’assurer la direction des opérations de secours (DOS) en cas d’accidents provoqués par un risque naturel. Les maires doivent prendre des mesures pour protéger la population, tant qu’ils ont les moyens d’y faire face et tant que l’événement ne dépasse pas les limites communales. Une charge très importante, certes, mais qu’ils peuvent diminuer par une bonne préparation.

Un plan communal de sécurité pour anticiper les risques

La loi de modernisation de la sécurité civile de 2004 a rendu obligatoire le plan communal de sauvegarde (PCS) pour toutes les communes. Le PCS se présente comme un outil de planification et d’organisation communale pour la gestion de risque : il doit permettre d’anticiper les situations dangereuses et assurer la protection et la mise en sécurité de la population. Cet outil, réalisé à l’échelle communale sous la responsabilité du maire, doit comprendre :

  • le recensement des risques connus
  • l’organisation pour diffuser l’alerte et les consignes de sécurité
  • Le Document d’information communal sur les risques majeurs (DICRIM)

Un plan de prévention des risques d’inondation (PPRI) peut aussi être inclus dans le PCS. Le ministère de l’Intérieur propose un guide complet (à télécharger ici) pour vous accompagner dans l’élaboration de votre plan communal de sauvegarde.

Une route inondée

Le PCS, un outil avant tout pratique

Bien souvent, l’erreur est de se contenter de réaliser un PCS par simple logique administrative, et cela, sans prendre en compte l’aspect pratique qu’il peut avoir. Ce fut le cas pour la mairie de Nemours, qui lors des crues de 2016, ne s’en était finalement pas servi. «Le PCS est un document très administratif et théorique qui nous demande un travail conséquent en amont mais qui reste impraticable sur le terrain. Très sincèrement, je n’ai pas consulté ce document. Il ne sert pas à grand-chose, il est resté dans le tiroir. » avait alors déclaré la maire de l’époque, Valérie Lacroute, lors d’une interview sur le sujet.

Outre une mise à jour régulière de ce PCS, il est donc recommandé de le réaliser avec un plan d’action qui prévoit une série de mesures immédiates de sauvegarde et de protection des personnes afin de le rendre vraiment utile lors d’un cas concret. Cela permet ainsi de réagir rapidement et d’éviter les mauvaises décisions prises dans l’urgence et les actions improvisées. Afin de les aider dans leur tâche, les maires ont aussi la possibilité de constituer une réserve communale de sécurité civile. Composée de citoyens volontaires et bénévoles, cette réserve peut être mobilisée lors d’un risque majeur afin de compléter les services municipaux et les services de secours.

L’information, la clé pour promouvoir les bons comportements

Lors d’une inondation, l’information est la clé pour accompagner au mieux la population. Il est donc important d’avoir un plan de communication à la fois fiable et varié. Les mairies peuvent diffuser leurs informations à travers le site internet de la commune. Récemment, l’association des maires d’Ile-de-France (AMIF) a relayé un communiqué rappelant à la population comment réagir en cas d’inondation. Parmi les relais de communication, les mairies peuvent aussi avoir recours aux panneaux d’indication, aux panneaux lumineux, etc. Les alertes SMS et mails peuvent parfaitement compléter cette diffusion. Plus originale, la commune de Nemours, depuis les inondations de 2016, informe les habitants sur le niveau du Loing via son application mobile « Ville Nemours », afin de les rassurer et de les prévenir en temps réel. Les mesures de précaution y sont communiquées en cas de nécessité.

Malgré l’importance des inondations, la population est encore peu sensibilisée à ce risque. Une prévention auprès de ses administrés permet de mieux les préparer face aux intempéries et ainsi améliorer l’efficacité du PCS. Le Centre Européen de Prévention du Risque d’Inondation (CEPRI) a publié un guide de sensibilisation de la population. Le CEPRI a constaté ce manque de sensibilisation et déplore une méconnaissance des bons comportements à adopter face aux inondations. Une lacune que peut combler chaque commune concernée.

Un enfant est assis devant une partie inondée

Vous aussi, exprimez-vous !

Please enter your comment!
Veuillez renseigner votre nom ici

6 + 3 =