Le stade, endroit incontournable du networking politique

Rentrer dans le jeu.

Le Club de foot, le club de rugby, les matchs : si vous n’y êtes jamais allée, vous avez sans doute quand même la sensation que des choses s’y passent. Tour d’horizon des pratiques à suivre.

Foot, rugby, et réseau politique

Dialogue entre deux élues :

« Je vais manquer la fin de la formation, le conseil municipal est à 17h30 ce soir.

– 17h30 pour un conseil municipal ? C’est tôt !

– oui, il doit y avoir un truc ce soir. On est jeudi ? Ah, mon Maire doit sûrement aller au Stade pour le match. »

Foot et rugby : le lien avec la politique n’est pas évident a priori, mais tous les élus locaux connaissent le sujet. Le stade, c’est l’endroit où les élus locaux croisent le Préfet, les parlementaires, les gros clients, les aménageurs. Il y a des loges, les tribunes, de la bière, et une ferveur populaire qu’on ne croise nulle part ailleurs. Même sans être invité.e dans une loge, c’est l’endroit idéal pour croiser les gens qui comptent dans le département. Une autre élue témoigne : « Le rugby, quand ils y vont, on en entend parler : j’ai vu le Préfet, j’ai vu untel. On sait qu’il s’est passé des choses ». Le stade est endroit clé du networking politique, à tous les niveaux : Nicolas Sarkozy est toujours dans les Tribunes du PSG.

Faut-il aller au stade ? (quand on n’aime pas le foot)

Souvent, les élues n’ont pas trop envie d’y aller : adopter les codes masculins de la politique, d’accord, mais pas au point de préférer une soirée à boire des bières pour un match dont  soyons honnête – on se fiche, plutôt qu’à être tranquille chez soi ou en soirée avec des ami.e.s. Pourtant, quelques-unes ont tenté l’expérience : « J’ai acheté un livre pour comprendre le rugby et y aller ; ça ne m’intéresse pas, mais c’est là que ça se passe. »

« j’ai acheté un livre pour comprendre le rugby et y aller ; ça ne m’intéresse pas, mais c’est là que ça se passe. »

Même si vous n’aimez pas, il faut savoir que beaucoup d’échanges ont lieu au stade. Les gens s’y parlent, s’y informent de beaucoup de sujets qui ne sont pas discutés en public ou en séance du conseil municipal. Notre conseil : allez-y au moins un peu. Une ou deux fois, pour voir ; pour comprendre ce qui s’y passe, qui est là, quels sont les réseaux qui s’y forment. Cela vous permettra de comprendre la façon dont les informations importantes pour la collectivité circulent – que ce soit dans votre groupe politique ou dans celui d’en face.

Vous pouvez d’ailleurs encore plus marquer les esprits parce que c’est l’endroit où on ne vous attend pas. Si le terrain vous est complètement étranger, allez-y avec un ami, un fan de foot ou de rugby qui vous en explique les règles. La fois d’après, allez-y avec un.e élu.e qui connaît bien les personnes présentes. Voyez si lui ou elle peut vous emmener voir les personnes intéressantes qui sont là, et faites vos armes avec cette aide-là. Vous pouvez apprendre en amont les noms des joueurs – pratique déjà utilisée avec succès par les membres de notre équipe pour se faire une place dans des univers très masculins.

Bien sûr, si vous aimez le foot et le rugby, profitez-en à fond ; dans le cas contraire, cela peut aussi être l’occasion de soutenir les équipes féminines locales et d’y intéresser vos collègues.

Il n’y a pas que le rugby masculin dans la vie.

Les alternatives

Elles existent ! Le basket, le handball, ou le hockey sont autant de sports où vous trouverez la même ferveur et la même énergie pour être avec les citoyens. Le réseau politique sera peut-être différent ou moins établi, mais à travailler et développer sur le long terme. Soutenir des équipes féminines – une tendance qui monte, peut aussi être pour vous beaucoup plus intéressant et énergisant, d’autant plus que souvent les hommes (élus) s’en désintéressent et que les équipes féminines françaises ont un excellent niveau ! #womenpower

Nous espérons que cet article vous aura donné envie d’aller (au moins une fois) au Stade. Merci à Charles et David pour leur contribution non négligeable à cet article !

Laissez un commentaire

5 × 5 =