Vie d’élue – ma première célébration de mariage (et toutes ses péripéties)

« L’un des privilèges des élu.e.s c’est le bonheur de célébrer les mariages ». Telle est la première phrase du discours de la conseillère municipale qui a témoigné pour l’article « vie d’élue » du lundi. Un échange sur le mariage qui nous a réjoui. Mais avant une rencontre entre la République et l’engagement, pour les élus, c’est une organisation et une préparation de tous les instants – ou presque.

Faire le discours de mariage

Elue en 2014, je n’avais jusque là pas célébré de mariage – du moins, je n’étais pas l’officier d’Etat civil à ce moment. Alors quand le Maire me propose de me charger de celui du 18 août, c’est un grand oui que j’ai lancé !

Quand mon Maire m’a proposé ce mariage

Mais avant de se lancer, il faut un peu de préparation. Par exemple, le discours de mariage. La première question à me tarauder : que dire ? D’autant que le couple que je devais unir avait refusé de remplir le questionnaire pré-mariage de la commune. Alors le Maire m’a donné quelques lignes pour se lancer. Mais j’avais besoin de plus d’idées… Ce genre de discours, je n’avais pas l’habitude d’en faire – et toujours pas à vrai dire – parler devant des associations : pas de problème, devant des habitants : aucun souci, voire même devant les commerçants du secteur, ce n’était pas un aussi grand stress. Mais faire un discours pour unir deux habitants de la commune, j’y pensais très (trop) souvent.

Grace à quelques messages sur les réseaux sociaux et des élus qui avaient plus l’habitude des célébrations des mariages que moi, j’ai pu construire un texte qui tenait la route. Parler de la république, de la commune, du mariage civil, j’avais quelques objectifs sur ma ligne éditoriale de la fameuse prise de parole. Cette rédaction ne fut pas sans questionnement ! Mais après quelques relectures et des répétitions devant mon miroir, le grand jour arriva.

Célébrer le mariage

J’avais été briefée et je dois dire qu’il faut penser à beaucoup de choses ! Ne pas fermer les portes, arriver avant pour vérifier que tout est prêt, relire les actes à voix haute dans la salle, checker les signatures – surtout pas dans la marge de l’acte civile, penser à signer… Je ne sais pas si certains préparatifs étaient là pour calmer mon stress ou bien pour réellement organiser correctement ce mariage, toujours est-il que ce 18 août ressemblait à mon oral d’option lourde à la fin de mes études. Un stress tel que j’ai eu les mains moites plusieurs heures à l’avance.

Quand je suis arrivée à la Mairie, tout était prêt et j’avais tellement répété les articles du Code Civil à haute voix que je les connaissais presque par cœur. Et puis j’ai vu la famille arriver, les voitures, les invités habillés sur le 31 pour l’occasion … et puis les mariés ! Qu’est-ce qu’ils étaient beaux !

A lire aussi : Vie d’élue – le jour où j’ai osé me lancer

Les invités et les mariés sont entrés dans la salle des mariages. Tout était dressé, prêt à célébrer l’union de deux nouveaux habitants – tant mieux, cela nous a permis de faire un peu de pub pour la commune ! Et mon rôle a été de les unir. J’avais l’impression d’être quelqu’un de très important : je permettais à deux personnes de s’unir et de permettre un changement d’Etat civil.

Tout s’est très vite déroulé, mon discours a été apprécié et les parents des époux m’ont même félicitée. C’était le final pour moi de plusieurs jours de préparation, donc toute une pression qui retombait. Mais quelle joie !

J’ai pu remercier tous les élus qui m’ont aidée à pour ce mariage et profiter de ce moment. A toutes celles (et ceux) qui se posent la question, faites-le ! Célébrez des mariages ! C’est la dose de bonheur qui nous accompagne pendant le mandat, celui qui fait qu’on oublie toutes les attaques en quelques secondes !

A lire aussi : Vie d’élue – Mi-mandat, mon enthousiasme d’élue !

Vous aussi, exprimez-vous !

Please enter your comment!
Veuillez renseigner votre nom ici

un × cinq =