Municipales 2020 : les trois conditions d’un bon projet politique

A presque un an des prochaines élections municipales, de nombreuses listes se forment. Vient l’heure de la création d’un projet politique pour l’avenir de commune. Quels prérequis pour un projet cohérent ?

Réalisable

Cela peut paraître évident, pourtant le rappeler est toujours utile. Oui, la composante numéro un de votre projet politique tient en un mot : réalisable. Composé d’objectifs et de référents, le projet parlera à vos administré.e.s. Différent du programme politique – que vous devez certainement être en train de mener également – le projet est réalisable pour plusieurs motifs : ce dossier s’inscrit dans un calendrier, a un planning stratégique de mise en place, répond à des objectifs et est incarné par des membres de la liste.

Réalisable n’est pourtant pas synonyme de manque d’ambition. Néanmoins, pour rendre votre projet audible, racontez-le. Côté présentation, la technique journalistique « QQQOP » vous permettra d’en parler. Qui ? Quoi ? Quand ? Où ? Pourquoi ? Ces cinq questions vous permettront de préciser et présenter votre pensée.

Si le récit construit autour du projet paraît trop complexe ou déconnecté du quotidien du territoire, il y a fort à parier que ce projet n’est peut-être pas réalisable. Car au fond, rendre un projet « réalisable » ne veut pas dire qu’il est budgétairement économe ou raisonnable en termes de ressources humaines (pour les petites communes par exemple). Cela implique qu’il est cohérent avec l’histoire de la commune, prend en compte les habitudes des citoyen.ne.s. En bref, il ne vient pas « comme un cheveu sur la soupe » comme aiment à dire certains.

Incarné

Un projet n’est pas duplicable partout. Chaque territoire porte une identité qui le rend unique. Qu’elle soit forte ou plus subtile, elle en reste cependant une composante nécessaire à la mise en place de votre idée. Connaissez-vous le patrimoine culturel, vivant, industriel ou encore agricole de votre commune ?

Certaines villes mettent en place, à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, des témoignages des anciens, des rétrospectives ou même des films présentant la vie de la commune il y a de ça quelques années. Les consulter vous permet d’enrichir le sujet que vous traitez. Si nos anciens n’avaient pas les mêmes habitudes, leur pragmatisme était pourtant particulièrement cohérent avec le territoire. Parfois, s’en inspirer permet de donner de la force au projet grâce à des évidences auxquelles nous ne pensons plus.

Mais un projet incarné n’est pas seulement le reflet de votre bassin de vie. Il est surtout à l’image de celles et ceux qui le portent. Un bon projet est clair quant à son exécution et sa représentation. Il est important, en termes d’image notamment, que votre liste puisse faire intervenir différentes personnalités en fonction du projet à porter. La tête de liste reste néanmoins la.le référent.e du programme politique mais les potentiel.le.s futur.e.s adjoint.e.s et conseiller.e.s délégué.e.s peuvent prendre la parole au sein du groupe pour parler projet. Ce sont eux qui représentent le territoire dans sa globalité et vont porter la pluralité des compétences. Sachez les mettre en valeur !

Fort

Enfin, un projet fort est un projet qui fait parler. Et quoi de mieux en temps de campagne qu’un projet qui suscite la discussion ? Ce qu’on appelle les projets phares composent la colonne vertébrale de votre programme. Ils pourront être médiatisés ou faire l’objet d’un traitement particulier dans votre communication de campagne. Vous pourrez en décliner des vidéos, des interviews, des plans, des visites sur terrain… De nombreuses actions multi-publics vous enrichiront.

Un projet fort, c’est quoi ? C’est un sujet qui touche un public identifié et qui est apprécié (par exemple les enfants, ou bien les associations…mais les citoyen.ne.s les plus concerné.e.s sont ceux à qui on parle alors vous pouvez proposer un projet qui rassemble tous vos administré.e.s). Il a un positionnement différenciant et qui a un impact à moyen et long terme pour le territoire : en mettant en valeur les atouts de votre commune. Ce sera l’occasion de parler évolution démographique, évolution commerciale, associative, aménagement pour encadrer le projet et présenter la transversalité de cette (potentielle) future action.

Ne vous privez pas d’un lien avec l’intercommunalité dans ce type de réflexion. Cette strate est évidemment l’une des plus stratégiques dans le paysage politique de demain. Si votre projet se compose d’actions en lien avec votre EPCI, cela vous permettra d’élever le choix du débat et faire rayonner votre programme à plus grande échelle, voire de faire du lien avec d’autres communes voisines.

Les projets sont encore à construire ou tout du moins à consolider pour communiquer dessus prochainement. Pour vous lancer, ces quelques conseils pourront (humblement) vous accompagner, mais les forces vives sont celles de vos listes… alors, à vous de jouer !

Vous aussi, exprimez-vous !

Please enter your comment!
Veuillez renseigner votre nom ici

dix-huit − quinze =