Espace public : l’urbanisme et le genre, je t’aime moi non plus

La ville est faite par les hommes, ce qui a pour conséquence directe d’en faire un espace dédié aux pratiques masculines. Cela n’est pas surprenant dès lors qu’on considère que l’urbanisme reflète notre société, et consiste en fait en la prescription inconsciente de rôles genrés – dont peuvent découler des inégalités – au moyen de multiples signaux, tels que l’accessibilité, l’habitat, les modes de transport ou encore le design urbain.

Des équipements genrés en ville

À chaque fois qu’une ville propose un nouvel équipement, il y a de grandes chances pour qu’il soit essentiellement occupé par les hommes. Ce phénomène est par exemple marquant pour les infrastructures liées à la pratique sportive. Ainsi, le budget des villes est genré. Et ce, dès le plus jeune âge : des études ont prouvé qu’entre 70% et 80% des investissements réalisés pour les loisirs des jeunes sont finalement destinés aux garçons[1]. L’appropriation genrée de l’espace urbain est une réelle problématique politique à aborder au travers des commissions locales.

Pour schématiser, l’urbanisme actuel reproduit les inégalités relatives à la division du travail entre les femmes et les hommes : dans les plans d’urbanisme, on maintient une polarisation artificielle entre “l’économie de l’argent” et “l’économie du soin”. A ce jour, les commissions sont encore dites genrées, par exemple, l’économie du soin est celle des femmes comme le social, la petite enfance… Les pratiques du quotidien étant elles aussi toujours genrées. Que faire alors ? Adapter les infrastructures de transport aux pratiques féminines afin de faciliter ces déplacements ? Une possibilité à aborder, mais n’est-ce pas une pratique genrée ? Mais ne rien faire reviendrait à dénigrer une inégalité réelle et à continuer d’oublier les femmes dans la pratique urbaine. Des questions du même type existent au sujet de la “sécurité”, vécue ou ressentie : sécuriser l’espace en l’éclairant la nuit, en y ajoutant des bancs, voire des caméras de vidéo-protection, revient à acter le fait qu’il est nécessaire de le sécuriser, qu’il représente potentiellement un facteur anxiogène et qu’il alimente la vision des femmes comme victimes de leur propre ville. L’enjeu est complexe et aucune solution-type n’existe vraiment.

Les expérimentations à retenir

Un aménagement visible et différenciant par Genre et Ville, place du Panthéon

S’il est certes difficile de trouver un modèle autour duquel se recentrer pour intégrer les femmes dans l’espace public au même degré que les hommes – puisque c’est de cela qu’il s’agit, des aménagements concrets ont déjà pu voir le jour. À Paris, la place du Panthéon a, par exemple, été le terrain d’une expérimentation par l’association Genre et Ville, plateforme de réflexion et d’action pour des territoires égalitaires et inclusifs, qui a voulu y construire un espace inclusif. “Il n’y a pas de design adapté à une ergonomie femme, il faut ouvrir la place à tous les individus”, expliquait alors Pascale Lapalud, urbaniste et cofondatrice de l’association.

Place du Panthéon, Genre et Ville

L’impératif est donc que le lieu ne soit pas principalement occupé par des hommes, comme cela pourrait être le cas d’un terrain de foot ou d’un skate parc. Les bancs, les plateformes en bois, en fait tout le mobilier et sa configuration “autorisent de pratiquer la ville autrement, s’asseoir, manger, travailler, flâner, discuter, jouer, dormir…”. Au bout du compte, ce sont des publics divers qui occupent l’espace quotidiennement et parviennent à développer un sentiment de bienveillance, de sécurité, “permettant ainsi à des femmes d’occuper l’espace sans arrière-pensée”.

Urbanisme, aménagement et genre, ville de Vienne

À Vienne, en Autriche, ville la plus agréable du monde selon un récent classement, c’est la municipalité qui s’est emparée du sujet. La réflexion sur l’urbanisme sensible au genre y date des années 1990 et d’une exposition sur la place des femmes dans la ville organisée par Eva Kail, alors urbaniste à la mairie. Très vite, la ville se dote d’un bureau de coordination pour la planification urbaine chargé du besoin des femmes, rattaché à la direction générale de l’urbanisme. En 2006, la ville intègre dans son budget la question du genre : dans un chapitre distinct, il est indiqué qui profite réellement de tel ou tel poste de dépenses. Sur le terrain, c’est l’aménagement des parcs qui retient l’attention : après avoir prouvé que les filles désertaient les parcs après l’âge de 10 ans, la ville a conçu un nouveau parc, le parc Rudolf-Bednar, comportant des plateformes-îlots pour se rassembler, des hamacs, des toilettes, des terrains de volley. Directement entouré d’immeubles d’habitation sans obstacle visuel, le parc a été pensé pour créer un sentiment de sécurité.

Parc Rudolf-Bednar, Vienne

Une campagne de sensibilisation a également été menée au travers de la signalétique. Dans les bus, les indications de places prioritaires pour les personnes avec un enfant ont les versions féminine et masculine. Même chose dans les toilettes publiques, où les images peuvent montrer un homme changeant un bébé, ou sur la route, où l’on peut croiser un panneau signalant des travaux, avec une femme.

Ces idées simples et concrètes ne permettent pas, elles-seules, de répondre dans son ensemble au problème du genre en ville, mais elles représentent une étape essentielle, car elles participent à la réappropriation de l’espace public par les femmes et à la transformation des représentations. D’autres thématiques, comme l’habitat inclusif et la participation des femmes au processus de création urbaine, permettront d’étayer cette réflexion dans de prochains articles.

[1] Édith Maruéjouls-Benoit. Mixité, égalité et genre dans les espaces du loisir des jeunes : pertinence d’un paradigme féministe. Géographie. Université Michel de Montaigne – Bordeaux III, 2014. Français. (https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01131575/file/These_Edith_MARUEJOULS_BENOIT.pdf)

Vous aussi, exprimez-vous !

Please enter your comment!
Veuillez renseigner votre nom ici

17 − douze =