Niger : l’Oasis, un coworking dédié aux femmes entrepreneures engagées pour l’environnement

Au Niger, un espace de coworking, l’Oasis, souhaite accompagner les femmes entrepreneures tout en les sensibilisant aux thématiques environnementales. Une démarche ambitieuse, qui pourrait changer la face du pays.

L’Oasis de Niamey, un espace de coworking

Inauguré en janvier 2018 et situé au cœur de Niamey, l’Oasis se présente comme « un lieu atypique et innovant pour se ressourcer dans un environnement de travail calme et verdoyant. » Son nom est loin d’être dénué de sens dans un pays en grande partie désertique et régulièrement sujet aux sécheresses. L’Oasis accueille tous ceux qui souhaitent réaliser un projet entrepreneurial. Ils peuvent ainsi y trouver : « des ressources à l’infini, un cadre d’inspiration et de création » mais c’est aussi un lieu qui a « l’ambition d’accompagner les femmes entrepreneures et de promouvoir le développement durable. » Car, l’Oasis n’est pas seulement un espace de « coworking » ouvert à tout le monde, il est pensé avant tout pour accompagner les femmes entrepreneures et sensibiliser la population du Niger aux thématiques liées à l’environnement.

Un projet qui s’inspire de la REcyclerie

Bien que située au Niger, l’Oasis de Niamey « est une histoire qui prend sa source à Paris ». L’entreprise Veolia, à l’origine du projet, voulait s’inspirer de la REcyclerie, un lieu éco-reponsable qui se veut à la fois espace de sensibilisation au développement durable et laboratoire d’expérimentation écologique fondé sur 3 principes : « réduire – réutiliser – recycler ». C’est en 2016, via la filiale de Veolia en Afrique, que le Niger est choisi, et l’idée ne tarde pas à susciter l’enthousiasme : « le projet est présenté au docteur Lalla Malika Issoufou, 1ere dame du Niger. Elle propose d’en devenir la marraine. » Malheureusement, la REcyclerie ne peut accompagner un tel projet et Veolia doit alors trouver un autre partenaire.

Empow’her, l’organisation pour le leadership des femmes

Le projet de l’Oasis séduit Empow’her qui décide d’accompagner Veolia dans sa mise en place au Niger. Cette organisation internationale non-gouvernementale œuvre, comme son nom l’indique, « pour l’empowerment des femmes dans le monde. » Son objectif est d’accompagner les femmes qui souhaitent entreprendre, comme revendiqué dans leur présentation : « Convaincu.e.s que l’entrepreneuriat est un puissant levier pour appuyer l’émancipation des femmes et leur pleine participation au développement de leur communauté, nous mettons en place des programmes de formation, de renforcement du leadership et de développement du réseau à destination de femmes entrepreneures. » Une problématique loin d’être anodine dans un pays comme le Niger.

De nombreux freins pour les femmes au Niger

Économiquement pauvre, le Niger fait partie des PMA, les « Pays les Moins Avancés ». De ce fait, entreprendre représente une tâche compliquée, si ce n’est insurmontable, pour la population majoritairement très pauvre et, même davantage pour les femmes qui seraient les principales victimes de la pauvreté, comme l’a rappelé Lalla Malika Issoufou dans son discours prononcé lors de l’inauguration de l’Oasis de Niamey en janvier 2018. Mais le manque d’argent n’est pas le seul frein à la volonté d’entreprendre ; l’absence de formation fait défaut à bon nombre de femmes au Niger. En effet, dans une étude réalisée conjointement par Empow’her et des ONG locales auprès de femmes entrepreneures, 75 % d’entre elles ont déclaré n’avoir jamais eu accès à des formations alors qu’elles seraient 90% à le vouloir. Une situation que souhaite changer l’Oasis.

Former 10.000 femmes en 3 ans

Pour cela, le lieu comprend une « Oasis des femmes », qui reprend la méthodologie d’Empow’her pour accompagner les femmes qui souhaitent entreprendre, fondée sur trois étapes : « l’élaboration rapide d’un diagnostic personnalisé des besoins », « l’attribution d’un programme de formation sur-mesure » et « un suivi de l’acquisition des outils et des nouvelles compétences tout au long de l’accompagnement pour garantir un résultat positif ». Outre une formation à l’entrepreneuriat, les femmes qui se rendent à l’Oasis ont aussi accès à un centre d’incubation pour réaliser concrètement leur projet. L’objectif affiché est de faire émerger 15 femmes entrepreneures par an, via cette méthode. Mais au total, l’Oasis veut pouvoir former 10.000 femmes en 3 ans. Le lieu propose aussi une « formation de formateurs » afin de permettre aux structures associatives locales de « devenir elles-mêmes expertes et formatrices auprès de leurs bénéficiaires. »

Sensibiliser 3.000 personnes à l’environnement

Comme nous l’avons vu, l’Oasis n’est pas seulement un lieu pour promouvoir l’entrepreneuriat des femmes ; il a un double objectif. C’est aussi un « espace d’expérimentation de solutions et une plateforme de ressources pour soutenir les porteurs et porteuses de projets autour des problématiques du développement durable. » L’objectif est de sensibiliser 3.000 visiteurs par an sur cette thématique. Pour y arriver, l’Oasis Lab mise sur l’événementiel, en organisant, entre autres, des projections de films sur l’environnement, comme les documentaires Le climat change et toi ? réalisé par les Jeunes Volontaires pour l’Environnement ou Demain, réalisé par Cyril Dion et Mélanie Laurent. Des portes ouvertes sont aussi prévues : « L’Oasis Lab est un laboratoire à solutions pour le développement durable et son pilier environnemental où chacun.e a un rôle à jouer. »

Vous aussi, exprimez-vous !

Please enter your comment!
Veuillez renseigner votre nom ici

vingt − cinq =