TRIBUNE – « Une ambition pour nos communes et nos intercommunalités » Alexandra Borchio-Fontimp

TRIBUNE | Alexandra Borchio-Fontimp – Référente Elueslocales des Alpes-Maritimes et Conseillère départementale – déplore le manque d’action en faveur de la parité dans les territoires. Elle défend une législation qui prendrait effet pour les élections municipales et intercommunales de 2020. 


La parité n’est pas seulement nécessaire pour corriger avec volontarisme une inégalité inacceptable : seulement 16% des maires et 8% des présidents d’intercommunalités sont des femmes.

Alors que la tendance converge vers un partage plus égalitaire des responsabilités locales entre les femmes et les hommes, en témoigne la multiplication des lois sur la parité depuis plus de 15 ans, certaines institutions échappent encore à ces règles : les communes de moins de 1000 habitants et les intercommunalités.

Et le constat est sans appel : en l’absence de contrainte paritaire, l’égalité n’advient pas.

C’est ainsi que les femmes ne représentent qu’un tiers des conseils des intercommunalités, un peu plus d’un tiers des conseils des communes de moins de 1000 habitants, et seulement 20% des exécutifs des intercommunalités.

Une autre zone blanche subsiste, à tous les échelons territoriaux : le tandem à la tête des collectivités. Plus de la moitié des départements et près des 3/4 des régions comportent un tandem masculin : « Président / Premier vice-président. »

Dans les intercommunalités, le premier vice-président est un homme dans plus de 65% des cas et dans les communes, ils représentent plus de 70% des premiers adjoints au maire.

C’est pour casser cette dynamique, qu’en tant qu’élue chargée de l’égalité femme-homme je travaille sur le sujet de la parité à l’échelon local au sein de groupes de travail, comme l’ « Association des Maires de France » et le réseau national « Élueslocales ».

Objectif : atteindre à terme, la parité dans les conseils et les exécutifs du bloc communal.

C’est ce qui ressort d’une consultation menée cette année par l’AMF auprès de 7601 élues.
Pour renforcer la parité dans toutes les communes et dans les intercommunalités, le Haut Conseil de l’Egalité et les associations nationales d’élus locaux appellent de leurs vœux l’introduction dans la loi de deux dispositifs :

  • L’alignement des règles paritaires strictes qui s’appliquent dans les communes de plus de 1000 habitants.
  • L’application de la parité aux fonctions de maire et de premier ou première adjointe pour les communes, et aux fonctions de président et de premier ou première vice-présidente pour les intercommunalités.

Les lois de parité ont permis un partage des places dans les assemblées élues au niveau local, mais elles restent exclues des fonctions exécutives où réside le pouvoir et où il n’existe pas de contraintes paritaires. Et sans contraintes, il n’y a pas de parité.

L’enjeu est majeur. Au delà d’une démarche démocratique, les femmes sont citoyennes, leur présence à la tête d’une collectivité ou d’une délégation permettrait de favoriser la prise en compte des besoins et des aspirations de l’ensemble de la population et non plus, d’une seule catégorie d’administrés. J’appelle les parlementaires à déposer une proposition de loi. Les prochaines élections municipales et communautaires se tiendront en 2020.

Le calendrier nous oblige à agir rapidement afin de débattre de cette question, exigence d’égalité, de justice et démocratie.

Alexandra BORCHIO FONTIMP
Conseillère départementale des Alpes-Maritimes
Conseillère municipale Antibes Juan-les-Pins

Vous aussi, exprimez-vous !

Please enter your comment!
Veuillez renseigner votre nom ici

quinze − cinq =