Vie d’élu.e : tout le monde pense déjà aux municipales 2020

A peine deux mois après le choix du gouvernement de maintenir les élections municipales en 2020, les listes se préparent. Valérie est élue dans une commune et nous fait part de son retour. A la fois motivée et agacée, elle nous dit tout sur ses questionnements.

Tous les prétextes sont bons

Je suis élue dans une commune de 2000 habitants et, comme partout, nous commençons à parler des élections municipales 2020. Et pour aborder le sujet, tous les prétextes sont bons : le vote du budget, le repas du personnel, le premier conseil municipal de l’année, les voeux… bref, toutes les occasions sont prétexte à parler d’avenir !

Souvent, ces discussions m’agacent un peu. Je sais qu’il est important de commencer à nous parler : qui « repart » ? qui ne veut pas ? avec qui imaginons-nous nous lancer ? Mais j’ai l’impression que cela est à défaut de nos projets actuels. Finalement, j’entends plus parler des potentielles futures listes que des demandes de subvention que nous demandons pour nos projets structurants. Je finis par me demander où est notre priorité.

Et pourtant, toutes ces simulations de liste me passionnent ! Quels projets allons-nous proposer ? De qui allons-nous nous entourer ? Cela nous force à penser avenir pour la commune – bien plus que ce que nous le faisons habituellement. Cette façon de se projeter nous permet aussi de revenir sur notre programme de campagne 2014 et quand je fais le point avec les élus qui ont une délégation, nous nous rendons compte du chemin mené depuis presque 4 ans !

Un avenir qui me motive !

En reprenant tous ces documents, en échangeant avec les élu.e.s de mon groupe, je me rends compte de la valeur de ce que nous avons fait. 90% de nos engagements ont été tenus ! C’est en revenant sur tous ces points que nous trouvons le courage de continuer. Habitués à avoir le nez dans le guidon, nous ne prenons pas de hauteur, ce qui est dommage tant la satisfaction est grande quand nous le faisons.

municipales 2020
Quand je relis notre programme de 2014

Me dire que nous pourrions continuer, le temps d’un mandat, à mener les politiques que nous avons commencées est vraiment motivant. Découvrir de nouvelles personnes pour nous accompagner, aller plus loin dans notre ambition territoriale, structurer la communauté de communes… il y a de quoi faire d’ici les municipales ! J’ai déjà en tête les travaux sur lesquels j’aimerais travailler et les commissions dans lesquelles j’aimerais siéger.

Ce qui est le plus compliqué actuellement est de trouver sa juste place : parier sur l’avenir ? ne pas aborder le sujet pour le moment ? continuer comme si de rien n’était alors que certains de mes collègues n’ont que ces échéances en tête ?
Car je ne veux pas subir les décisions des autres sur cette potentielle liste si j’en fais partie, mais j’ai aussi l’impression de ne pas remplir mon contrat avec les citoyens si mon attention se détourne de mon actuelle délégation.

Continuer pour réussir son mandat

J’ai cependant choisi de garder la plus grande part de mon énergie dédiée à ma délégation. Quitte à ne pas être satisfaite des autres, autant que je me sente – au moins – en accord vis-à-vis des citoyens et avec moi-même.

Je ne suis, cependant, pas dupe et garde un œil sur les échanges entre les élus. D’autant que tout n’a pas l’air clair… en laissant traîner mes oreilles, j’entends de très nombreux sons de cloche. Le Maire ne tient pas le même discours envers tout le monde, certains élu.e.s non plus d’ailleurs ! Alors, plutôt que perdre mon attention et mon énergie pour ne faire qu’observer des coups de billard à trois bandes, je préfère avancer et faire mon propre chemin. Nous parlerons très vite des prochaines municipales 2020 avec l’équipe et à ce moment… je serai prête !

A lire aussi :

Vie d’élu.e : le jour où j’ai décidé de démissionner 

Vie d’élu.e : la cérémonie des voeux, les galettes et leurs conséquences

Vie d’élu.e : une après-midi au repas des séniors

Vous aussi, exprimez-vous !

Please enter your comment!
Veuillez renseigner votre nom ici

quatre × 2 =