Vie d’élu.e : Non, mon rôle d’élue n’est pas de faire des photocopies

Tous les lundis, nous vous partageons une « vie d’élu.e », souvent tintées d’une empreinte locale, les élues nous font part de leur quotidien. Cette semaine, une élue nous parle d’une situation vécue et qui se reproduit malheureusement trop souvent.

Les réunions techniques : un lieu not Women friendly

Je suis adjointe d’une commune assez importante. De par sa taille et surtout sa place dans l’intercommunalité, elle est la troisième ville qui compte le plus d’habitants et le dynamisme local n’a pas à rougir tant il est implanté. Je me sens donc tout à fait légitime et prends part avec volonté à toutes les réunions concernant mes délégations.

C’est pour cela, qu’un matin de février, lors de ma commission réunissant des élus et des agents technique de l’agglomération – réunion très masculine, j’étais la seule femme de l’assemblée – je rejoins le groupe de travail. C’est une commission qui me tient à cœur, j’étais d’ailleurs très impliquée dans le dernier projet, projet qui était à l’ordre du jour.

Avant que les échanges ne commencent mon voisin se rend compte que le nombre de dossiers est insuffisant et décide de faire photocopier le nombre de dossier manquants. Se voulant utile, mais sans trop s’impliquer, il me demande de me charger des photocopies en question.

Un temps d’arrêt. Je fais mine de ne pas entendre.

J’aurais aussi pu prendre cet air, il aurait peut-être compris plus vite…

Mais décidé, il réitère sa demande, et de mon côté, je préfère ignorer ses appels du pied.

Ne se rendant pas compte du ridicule de la situation, il finit par se lever et me tendre le dossier afin que j’aille le photocopier.

Je le regarde froidement en lui demandant s’il estime que ma place se réduit à faire des photocopies plutôt que participer aux débats, s’il estime que ma participation à la réunion est si peu pertinente et légitime qu’elle ne se réduit qu’à me demander d’aller faire des photocopies.

Malaise.

Je vous laisse imaginer son malaise ainsi que celui des autres élus d’ailleurs. L’un d’entre eux se lève et explique qu’il est important que je suive la réunion étant actrice et compte-tenu de mes responsabilités sur le projet en question, il se saisit du document et part faire les photocopies tant attendues.

Si j’avais été un homme…

Comme je l’expliquais plus haut, je suis adjointe de la troisième commune de l’intercommunalité. Si j’avais été un homme, le protocole m’aurait exclu d’office de cette sollicitation.

J’imagine aussi, que dans un contexte, même hors protocole, on ne m’aurait simplement pas demandé de faire ces photocopies. Dès lors qu’une femme est dans le champ d’action, certains ont tendance à imaginer que les tâches administratives reviennent aux femmes. Cependant, nous sommes tout autant légitimes que les hommes pour participer aux débats politiques, réunions techniques, conseils municipaux ou autres.

A lire aussi – Sexisme ordinaire : maintenant, je me fais entendre

Le privilège des photocopies ne nous revient pas exclusivement, il aurait, d’ailleurs, même réussi, je pense, à faire la reproduction des documents lui-même, c’est dire !


Les conseils Elueslocales.fr 

Si ce genre de situation vous arrive… affirmez-vous ! N’hésitez pas à brandir un drapeau à votre effigie marquant votre légitimité à participer aux débats. N’hésitez pas à remettre dans le contexte en affirmant que les femmes sont à même de donner leur avis et faites remarquer que cette façon de faire ne fonctionnera pas avec vous :)

Vous aussi, exprimez-vous !

Please enter your comment!
Veuillez renseigner votre nom ici

17 − un =