Vie d’élue –  Se battre pour vaincre la politique véreuse  

Alors que je suis « nouvelle » sur le territoire, je m’engage en politique locale. Elue conseillère municipale en 2014, je ne m’attendais pas à devoir faire face à des sujets aussi lourds, notamment avec mes collègues élus.

Des débuts engagés et militants pour un meilleur cadre de vie

Auparavant vivant dans les grandes villes, je rejoins une petite commune (une très petite commune) au moment de la retraite. Je m’y suis installée car je connaissais assez bien la région y ayant passé quelques vacances dans ma jeunesse pour baliser un tronçon de chemin de grande randonnée, je m’étais promis de venir un jour m’y installer…

C’est naturellement que je me suis insérée à la vie locale. Et en 2013, on est venu me chercher pour faire campagne dans une équipe. Je n’étais pas le seul choix de l’équipe en question, une autre femme a rejoint les rangs avec moi. La commune n’a pas le seuil minimum pour être affectée par les lois sur la parité dans les conseils municipaux, les femmes en politique locale, ce n’est donc pas pour cette fois. Cependant, je me sentais à ma place au sein de mon équipe car nous agissions pour le bien commun.

Le Maire sortant – qui se re présentait – a déjà plusieurs dizaines d’années de mandature derrière lui et nous sentions une envie – de la part des citoyens – de voir de nouvelles têtes. Nous avons tracé notre chemin et avons été élus … à égalité parfaite ! Incroyable mais vrai : chaque liste a récolté le même nombre de voix ! Et dans ce cas, le plus ancien est élu, la liste adverse a donc eu 6 sièges et nous en avons 5.

Le pied dans le conseil : je découvre l’environnement local

C’est à ce moment que je découvre mes « collègues » élus. Et notamment un Maire furieux de voir des femmes dans le conseil … 3 ans après il l’est toujours ! Pourtant, nous avons décidé de ne pas nous laisser faire et assister à des formations peu de temps après notre élection. L’association des Maires locale (AMF) avec la Préfecture a fait intervenir les services « classiques » pour que nous, les nouveaux élus, nous comprenions les enjeux et problématiques de ces derniers sur nos territoires. Les présentations étaient tout à fait juste et très pertinentes, elles nous ont beaucoup aidés ! C’est quand nous sommes revenus dans notre commune que nous avons pris conscience de la masse de travail qui nous attendait. Elle était immense !

Nous n’avons pas d’assainissement, il n’y a pas assez d’eau, l’eau n’est pas potable,  les habitants sont contraints d’aller en mairie pour avoir de l’eau délivrée en bouteilles, mais celle-ci n’est ouverte au public que deux matinées par semaine…et ceux qui n’ont qu’une voiture  doivent demander une matinée de congé, alors ils l’achètent leur eau…en faisant leurs courses…

Je ne peux pas croire à une offre de « services » de la sorte…

Nous sommes dans une commune qui souffre du manque de vision pour le bien commun, et malgré notre présence (nous sommes considérées comme étrangères, car non nées en Lozère), il y a beaucoup de choses à faire. Les signalements au procureur sont classés sans suite et nos périmètres d’actions sont limités. Suite à différentes affaires, j’ai même porté plainte contre mon Maire suite à une agression physique, on m’a d’ailleurs demandé de retirer cette plainte sous peine de ne pas subventionner les projets socioculturels de la commune auxquels je participe !

Je ne sais plus ce qui impulse la politique : est-ce l‘appât du gain et l’envie du pouvoir ou le bien commun ? Quelle est la vision des équipes en place ? L’envie de faire mieux et pour longtemps pour garder ses avantages encore quelques dizaines d’années ?

Ce n’est pas tous les jours facile d’exercer un mandat dans ces conditions. J’ai rendu ma carte de parti car je ne me retrouvais pas dans les ambitions locales… mais je ne me retrouve pas non plus dans les arrangements et les magouilles territoriales qui se pratiquent ! Cependant, je ne veux pas rester seule face à ça et je ne démissionnerai pas. Je pense qu’il est important de faire face aux anciens fonctionnements, ceux qui écœurent les citoyens de la politique.


Les conseils d’Elueslocales.fr

Ne restez pas seule ! Les enjeux locaux sont parfois éléments déclencheurs de politiques véreuses. La bonne nouvelle c’est que vous gardez votre ambition : faire changer les choses et exercer le changement. Les réseaux nationaux (partis politiques ou les réseaux tels qu’Elueslocales.fr) permettent d’avoir un carnet d’adresse qui donnent la possibilité de décrocher son téléphone pour échanger à tout moment. Avoir un réseau en local et un réseau au national vous permettra aussi d’extérioriser.

N’hésitez pas non plus à écrire. Pour vous-même et pour vous noter ce qui est important et ce pourquoi vous le faites. L’écriture peut être libérateur et permet de prendre de la hauteur, toujours utile face à une situation (ou plusieurs) critique.

Enfin, ne lâchez pas ! Mener des petites actions vous feront fêter les « petites victoires » qui, misent bout à bout, participeront à faire évoluer les choses et vous permettront d’être fière du chemin fait. Ne vous sous-estimez pas, vous pouvez changer la donne en local !

Vous aussi, exprimez-vous !

Please enter your comment!
Veuillez renseigner votre nom ici

14 − 11 =