Vie d’élu.e : quand un.e élu.e s’approprie mon idée

Martine est élue dans un conseil municipal d’une commune de 3000 habitants ou presque. C’est son premier mandat et elle découvre les us et coutumes de la politique locale. Elle revient sur son expérience et cette réunion de 2014 grâce à laquelle elle a appris à ne plus se laisser faire.

Un conseil privé où j’étais déterminée

Ce soir-là, j’étais bien décidée à faire avancer les choses en conseil privé !

élueThe eye of a tigre

Je me rends à 20h en Mairie afin d’échanger sur les dernières actions menées mais aussi faire un point avec l’ensemble des commissions et discuter du prochain conseil municipal.

Les discussions vont bon train, d’abord notre projet de construction d’une nouvelle école, ensuite le recours sur notre ancien PLU puis la création du PADD et les réflexions autour du futur PLU, sans compter les nombreux travaux, animations et les relations tendues avec les commerçants. Il y a de quoi dire.

Nous sommes élus depuis peu mais 40 % de notre équipe municipale est composée de « sortants » et nous, fraîchement élus, nous avançons avec leurs conseils…et nos idées !
Ce lundi soir nous abordons donc l’ensemble des sujets (pour une fois nous sommes presque au complet) et c’est un brouhaha permanent.

J’ai des idées pour résoudre nos problèmes

Parmi ces nombreux sujets nous abordons une des particularités de notre commune : comment faire quand on a plusieurs centres d’attractivité ? Plusieurs bourgs avec la nécessité d’animer ces différents lieux, bref une singularité dont nous avons tiré profit lors de la campagne municipale. A ce moment, nous avions présenté d’ambitieux projets pour chacune des zones. Ayant identifié quelques-uns de ces projets comme certainement peu réalisables – à mes yeux, je m’attache donc à rappeler régulièrement ce que nous avions promis.

élue
Quoi ? Des arguments politiques pour être élus ? Nous ? Eux ? Nooooon jamais !

Nous parlons donc de ces différentes étapes. Par exemple, le jeu de chaises musicales entre les commerces des centres ainsi que les options qui s’offrent à nous … Jusqu’à ce que je décide d’accélérer les choses.

Je prends la main… puis je la perds

Dans ce contexte où toutes les idées fusent, je veux attendre le bon moment pour donner la mienne. Mais en même temps, je suis fière de moi, je veux donc aussi la partager et que tout le monde m’écoute !

Je me prépare donc psychologiquement à une belle intervention devant tout le monde en testant le terrain, et je souffle à ma voisine, une collègue élue : « Et si la solution, c’était le pôle de santé dont on a parlé pendant toute la campagne ? »

élue
NOOOOOOOOOOOOOOON NE FAIS PAS ÇA

Mauvaise idée. Elle ne dit rien, et tout d’un coup, elle lance à la cantonade « Et pourquoi on ne réouvre pas le dossier du pôle de santé ? » L’idée fait mouche : tout le monde rebondit sur son intervention et me voilà le dindon de la farce (ou presque, les plumes en moins).

Morale de l’histoire : la prochaine fois, j’assume mes bonnes idées très fort.


elueslocales-elues_municipalesLes conseils Elueslocales.fr 

Si vous aussi ce genre de situation vous arrive … affirmez-vous ! N’hésitez pas à brandir un drapeau à votre effigie en vous réappropriant l’idée fermement : « Oui, c’est ce que je suggère depuis le début de la réunion ! » Et en privé, faites remarquer à votre collègue que ses méthodes ne sont pas fair-play et que ça ne fonctionnera pas deux fois avec vous :)

 


D’autres témoignages…

>> Voir le dossier

Vous aussi, exprimez-vous !

Please enter your comment!
Veuillez renseigner votre nom ici

8 + dix-huit =