Animer son territoire : 3 fondamentaux à mener

Animer un territoire est souvent complexe. Comment faire sortir les citoyens de chez eux ? Comment savoir si l’offre d’animations est adaptée à la demande ? Tant de sujets qui interpellent et peuvent amener à la controverse. De nombreuses élu.e.s ont témoigné de ces difficultés lors de l’atelier « impulser une dynamique territoriale grâce aux événements » des dernières Journées Nationales des Femmes Elues. Pour nos Journées des Femmes Elues le 1er juin prochain nous aborderons de nouveau le sujet. Mais avant, quelques conseils pour continuer sa politique d’animation culturelle et sportive.

Oser entreprendre sur son territoire

L’animation du territoire, souvent critiquée par les associations, les commerces, les citoyens et parfois même par les élu.e.s d’une même équipe, est pourtant centrale. C’est grâce à ces rencontres que le dialogue perdure avec les acteurs locaux. Loin des bureaux très officiels de la mairie, les citoyens peuvent se livrer sur leur ressenti de la commune, lors d’un moment festif. Pour continuer à apporter du lien et une offre locale, certaines communes se positionnent sur la tradition, menant d’année en année la même programmation. Une rencontre qui fonctionne et qui s’organise comme un rendez-vous incontournable.

Une excellente idée mais qui connaît quelques inconvénients dès lors qu’on veut créer un nouveau souffle. La dynamique d’un territoire s’invente et gagne à être novatrice. Une animation traditionnelle ne pourra porter seule l’envie de créer une dynamique locale. Ce qui marche doit pouvoir perdurer mais le droit à l’expérimentation est très important. Nombre de communes ont porté une animation innovante qui est aujourd’hui un classique tant elle est appréciée par les citoyens. C’est à l’origine, une idée un peu folle qui a fait l’objet d’une expérimentation. Si des années plus tard, elle perdure, c’est gagné, mais pour cela se lancer est la règle d’or.

Diagnostiquer l’offre existante

Pour innover, une donnée importante reste l’existant. Avoir la liste exhaustive de l’offre de votre territoire permet de repérer les manques. Qu’une manifestation soit sportive, artistique, ou conviviale, elle restera pertinente sur la commune si elle fédère autour d’elle.

Cependant, l’offre se réfléchit en bassin de vie et casse le périmètre d’une commune ou d’une intercommunalité. Les habitants sont consommateurs d’un territoire dans sa globalité, ainsi, une commune qui ne propose pas de rencontre sportive, n’aura peut-être pas le besoin d’en créer une si sa voisine s’est déjà positionnée.

D’autres acteurs sont également présents sur les offres locales : les associations. Elles sont très régulièrement sollicitées pour animer, elles aussi, les territoires. Rien ne sert de vouloir se mettre en concurrence, au contraire, le risque politique est particulièrement fort. Si une collectivité se positionne, sans raison apparente, sur un événement porté depuis des années par un acteur associatif, les citoyens risquent de se braquer.
Lors de votre diagnostic, les commissions associations et les associations elles-mêmes qui initient de nombreuses propositions auront certainement beaucoup de données à apporter sur le territoire. Il en va de même lors de la création d’un nouveau rendez-vous. Sans que cela ne soit annoncé, des acteurs locaux de votre bassin de vie seront peut-être, eux aussi, en train de développer la même idée. N’hésitez pas à donner votre information sur cette nouveauté, créer des lieux d’échanges ou vous renseigner auprès des acteurs identifiés afin d’éviter les doublons et proposer une offre cohérente aux citoyens.

Savoir s’entourer

Oser et diagnostiquer sont deux piliers pour impulser une dynamique de territoire grâce à vos animations. Mais pour vous accompagner dans ces politiques, de nombreux acteurs peuvent vous soutenir. Les acteurs locaux ne sont pas à négliger : les associations connaissent bien le terrain et sont en contact permanent avec ceux qui le vivent. Echanger avec elles est souvent riche en apprentissages. Toujours sur un plan local, les autres élus, les agents des collectivités voisines, les membres des bibliothèques, des médiathèques ont également une connaissance pointue du territoire : pouvoir échanger avec eux sera porteur.

D’autres acteurs associatifs peuvent venir en complément avec un axe plus global, par exemple la FNCC (Fédération Nationale des Collectivité territoriales pour la Culture). L’association apporte un lieu d’échanges entre les élus et les agents qui ont cette délégation. Quelques actualités relayées dans leur lettre d’information peut aussi apporter des données qui ouvriront vos champs d’imagination.

Pour impulser une politique volontariste en faveur d’une dynamique locale, plusieurs données sont à intégrer. Oser innover pour se lancer, comprendre ce qui existe et où, puis trouver l’aide auprès des acteurs locaux ou nationaux entraînent une meilleure appréhension du champ des possibles. Le reste : un peu de folie pour se lancer et incarner un événement, qui deviendra peut-être un classique dans quelques années ;)

Vous aussi, exprimez-vous !

Please enter your comment!
Veuillez renseigner votre nom ici

quinze + trois =