Epernay : quand la mobilisation citoyenne passe par la transition écologique

A Epernay, dans la Marne, un véritable « chemin des abeilles » a vu le jour. C’est un parcours à travers la ville qui favorise la vie des pollinisateurs. Jonathan Rodrigues, adjoint en charge du développement durable, a bien voulu nous décrire cette démarche, encore unique en France.

Une initiative unique en France

Un vieil adage, bien connu, raconte que sans les abeilles, les hommes seraient voués à l’extinction. Si l’affirmation peut paraître excessive, il n’en demeure pas moins que les abeilles ont un rôle essentiel à jouer en tant que pollinisateurs. Sans elles, la flore serait beaucoup moins abondante : « En effet plus de 70 % des cultures dépendent de la pollinisation animale (en particulier des insectes) ».

La ville d’Epernay, dans le département de la Marne, bien consciente de cet enjeu a décidé d’innover en créant un chemin des abeilles afin de leur permettre d’accomplir au mieux leur tâche. Une initiative encore exceptionnelle à ce jour, comme l’explique Jonathan Rodrigues, adjoint en charge du développement durable : « C’est une première en France. On est la deuxième ville dans le monde à mettre en place un chemin des abeilles après Oslo. » L’objectif de ce projet est « de permettre l’obtention d’un référentiel pour aider les abeilles et les pollinisateurs afin qu’ils aient de quoi se loger et de quoi se nourrir dans la ville. Pour cela, la ville donne toutes les indications nécessaires aux habitants pour permettre d’aider les abeilles, que ce soit par le biais de plantes mellifères ou en matière d’habitats, mais aussi les bourdons et les papillons, qui sont aussi des pollinisateurs. »

Des abeilles rejoignent leur habitat

Un parcours cartographié pour les abeilles

Pour obtenir ce référentiel, les habitants sont « invités à cartographier leur contribution sur une carte interactive en ligne, en localisant et identifiant leur propre point d’accueil de la biodiversité (plantations, habitations, ruches) sur cette carte », comme l’indique le site internet prévu à cet effet. Ainsi, « l’ensemble de ces refuges pour les pollinisateurs, parsemés à travers la ville, formera « le Chemin des abeilles ». »

Pour Jonathan Rodrigues, l’opération est un franc succès : « On a obtenu une carte de la ville qui s’agrémente au fur et à mesure. Les abeilles ont un rayon de 3 kms pour manger depuis leur ruche : à Epernay, c’est l’ensemble de la ville qui est ainsi couvert. » En effet, les habitants se sont montrés impliqués dans la création de ce chemin des abeilles, même si leur participation semble difficile à déterminer précisément : « Aujourd’hui, il y a une trentaine de pictogrammes qui sont référencés. Mais cela n’est pas représentatif de l’ensemble : certains n’ont pas pu le faire et on va devoir mieux les accompagner », précise Jonathan Rodrigues. D’autant plus, que « certaines plantes peuvent déjà être chez l’habitant. On regarde ce qu’il faut planter et parfois on se rend compte qu’il y en a déjà dans le jardin ou sous le balcon. »

Pour que le chemin des abeilles soit véritablement efficace , la ville donne aussi des conseils de jardinage au naturel : « Bien évidemment, l’initiative n’aurait aucun intérêt si les plantes sont traitées aux pesticides. »

Deux abeilles sur de la Lavande
Les abeilles se nourrissent de plantes mellifères comme la Lavande.

Un projet soutenu par l’Etat, bientôt généralisé en France ?

Voilà un peu plus d’un an que ce projet de chemin des abeilles a été mis en place. Et depuis son lancement au mois de juin 2017, cette initiative audacieuse n’est pas passée inaperçue, comme le confirme Jonathan Rodrigues : « On a reçu un prix national au début de l’été : le prix Citoyenneté lors des Trophées Eco Actions organisés par l’association des Eco Maires. »

L’adjoint au développement durable est aussi reconnaissant envers l’État et le label « Territoires à énergie positive pour la croissante verte » (TEPCV) dont le projet a bénéficié et sans lequel il n’aurait peut-être pas vu le jour : « C’est grâce à ce label qu’on a pu bénéficier de moyens financiers suffisants pour financer le site internet. Le soutien de l’Etat a été décisif ; le ministère de l’écologie était alors occupée par Ségolène Royal. Nous l’avons rencontrée et elle a été très intéressée par le projet. »

Unique en France, le chemin des abeilles d’Epernay devrait faire de nombreux émules d’ici quelques années. La ville se montre en tout cas favorable à sa diffusion et est prête à accompagner les villes qui souhaiteraient tenter cette expérience : « Nous sommes en train de voir comment nous pourrions développer ce projet au niveau national. ». Il faut dire que le trophée reçu a été un excellent moyen de faire connaître cette action : « Après avoir reçu ce prix national, d’autres villes étaient intéressées. Il faut qu’on voit maintenant avec elle comment les accompagner », explique un Jonathan Rodrigues optimiste sur l’avenir de ce projet.

Un projet inscrit dans l’agenda 21 de la commune

Cette initiative fait partie, selon son site internet, des nombreuses « actions concrètes et opérationnelles en faveur de la préservation de la biodiversité, afin d’améliorer sa connaissance et de la valoriser, et de contribuer à sensibiliser le public à ce sujet. » En impliquant directement les habitants au sein de cette action éco-citoyenne, la mairie a ainsi assuré son succès. Elle représente la mesure phare et la plus ambitieuse de l’agenda 21 de la commune.

Mais elle n’est pas la seule puisque la mairie a, entre autres, créé un système d’auto-partage, comme le précise Jonathan Rodrigues : « Dans l’agenda 21, nous avons aussi mis en place l’auto-partage. On a aujourd’hui 4 véhicules électriques. Nous les avons mis à disposition le 1er décembre 2017, cela donc fait plus de six mois que ce système existe. » Et là encore, le succès est au rendez-vous : « On a beaucoup de réservations : 130 conducteurs sont déjà inscrits. On dispose actuellement de trois Zoé et un utilitaire Kangoo très pratique qui se louent à partir d’une demi-heure. »

La ville d’Epernay ne manque donc pas d’ambition en matière d’écologie. Et en attendant que d’autres communes mettent en place leur propre chemin des abeilles, rien n’empêche quiconque de se lancer directement dans l’aventure en suivant les conseils avisés du site : « Plantez des fleurs, créez une prairie, construisez un hôtel à insectes et des abris pour les abeilles, sur votre toit, dans un parc, votre balcon, votre jardin ou votre école ! Soyez inspiré ! »

Une abeille qui butine

Vous aussi, exprimez-vous !

Please enter your comment!
Veuillez renseigner votre nom ici

3 × trois =