Transition énergétique : « il n’y a pas de grands objectifs nationaux sans la mobilisation des territoires » selon Hélène Gassin

Beaucoup parlent de la transition énergétique, certains la pratiquent et d’autres travaillent tous les jours pour sa mise en place dans les territoires. C’est le cas d’Hélène Gassin, membre de la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) depuis 2013 et qui interviendra lors du Club Territoires Visionnaires consacré à l’énergie, le 30 mai prochain. Elle nous livre dans un entretien sa vision de la transition dans les territoires et son impact pour l’attractivité locale.

La transition énergétique : un projet de territoire

Pour Hélène Gassin, « il n’y a pas une attitude générique en matière d’énergie pour les collectivités ». Chacune agit selon différents facteurs : « elles ont des obligations à suivre mais certaines témoignent d’une attitude volontariste. Elles s’organisent toutes différemment ».

Pourtant, la transition énergétique « c’est une opportunité pour le territoire » témoigne Hélène Gassin. En effet, mener un changement, une transition locale « c’est avoir un projet de territoire inclusif pour les habitants ». En somme, c’est organiser une nouvelle dynamique. « L’énergie, ce n’est pas simplement une question de kW, c’est bien plus que cela ». Car si les communes en transition s’organisent pour un mouvement plus durable, c’est aussi un projet participatif qui inclut les citoyens à la réflexion. Hélène Gassin fait d’ailleurs remarquer « qu’en matière d’énergie, il vaut mieux anticiper que subir » et sur ces sujets, anticiper c’est aussi être éligible à des aides.

A lire aussi : Label Energie Carbone – En route vers de nouvelles normes

L’enjeux de la transition pour les prochaines années, c’est aussi le financement. Précédemment, « il était déjà possible, c’est d’ailleurs maintenant simplifié, d’investir dans l’énergie – par exemple l’énergie renouvelable – pour entrainer des projets participatifs. Selon les cas, des participations financières sont allouées et un accompagnement dans le travail de facilitation à l’initiative citoyenne sur le territoire est proposé. »

La transition énergétique, ce n’est pas que technique en somme, c’est un véritable projet de démocratie locale car, comme le dit Hélène Gassin « il faut de l’humain sur les territoires ».

Une transition énergétique réussie s’organise en local

Evidemment, tout n’est pas fait et il reste encore de belles histoires à écrire en local pour mener ces politiques. L’articulation entre les objectifs, les règlementations nationales et les applications en local est difficile à mener. Cependant, comme le souligne Hélène Gassin, « il n’y a pas de grands objectifs nationaux sans la mobilisation des territoires ».

Pour les collectivités, plusieurs niveaux d’action existent : « par exemple, pour l’efficacité énergétique du patrimoine, beaucoup d’outils ont été réalisés afin de les accompagner ». Les collectivités impulsent aussi tout ce qui relève de l’animation du territoire : le plan climat, les politiques de transport, entre autre. « Ce sont des compétences locales qui agissent en faveur de la transition énergétiques, ou qui, du moins, en sont actrices. Il y a beaucoup à faire avec les compétences formelles, grâce auxquelles les collectivités ont un pouvoir très important. » Le fonctionnement avec l’Etat est un enjeu pour ces réalisations « l’Etat doit comprendre qu’il n’est pas le seul et qu’il faut décentraliser » ajoute Hélène Gassin. Elle poursuit « Ce n’est pas la peine d’essayer de tout règlementer, il faut aussi lâcher du lest ».

A lire aussi : Fabienne Keller – « L’Etat doit alléger les normes et s’adapter aux besoins locaux »

L’Etat un poids pour les collectivités ? Pas tant, cependant il est vrai que beaucoup de retours des élus ou des associations concernent la lourdeur des règlementations pour bon nombre de sujets. D’ailleurs, certaines associations comme l’APVF ou l’ADCF réclament une stabilité règlementaire pour le prochain quinquennat. Hélène Gassin reprend « il faut que les acteurs locaux travaillent à ces actions et que l’Etat entende leurs retours. Cela demande du temps mais il est important de le prendre car c’est un investissement pour le futur ». Un dialogue entre les différentes entités semble donc inévitable.

Pour aller plus loin, Hélène Gassin, qui connait les problématiques des collectivités témoigne de son expérience aux élus et « [recommande] de se rapprocher des réseaux existants pour connaître les bonnes pratiques de la transition. Par exemple, il ne faut pas hésiter à échanger plus en profondeur avec le syndicat d’énergie qui est souvent porteur de solutions innovantes. Cela peut être intelligent de s’assurer que la représentation de sa commune au sein de celui-ci permet de faire avancer les sujets et surtout, voir si tout a été exploité. »

Les questions de transitions énergétiques soulèvent bien plus qu’un facteur écologique et économique. C’est aussi l’organisation d’un territoire ambitieux pour son avenir et l’occasion d’intégrer la population. L’implication de l’Etat est bien souvent subie mais il est important que les collectivités se saisissent des problématiques énergétiques pour investir sur un territoire durable.

Pour aller plus loin : Rendez-vous au Club Territoires Visionnaires Énergie le 30 mai 2017

Qui est Hélène Gassin ?

Titulaire d’une maîtrise de Sciences et Techniques, Hélène Gassin a étudié la gestion de l’environnement. De 1998 à 2006, elle est chargée de campagne Energie à Greenpeace France où elle assure le suivi de négociations internationales, le lobbying dans l’élaboration de directives européennes et de lois françaises ou encore la coordination de démarches inter-associatives. Elle participe également à la création d’Enercoop, fournisseur d’électricité produite à partir de sources renouvelables.

De 2006 à 2008, elle est consultante indépendante spécialisée dans les domaines de l’énergie et de l’environnement. Puis, en décembre 2008, elle prend la responsabilité de la coordination du programme et des contenus pour la campagne aux élections européennes de 2009 du parti Europe Ecologie. A ce titre, elle coordonne l’élaboration du « Contrat écologiste pour l’Europe ». En septembre 2009, elle rejoint le cabinet de Monsieur Denis BAUPIN, adjoint au Maire de Paris, en tant que conseillère technique en charge du suivi de la concession électrique. En avril 2010, elle est élue conseillère régionale de la région Ile de France où elle est nommée vice-présidente en charge de l’environnement, de l’agriculture et de l’énergie, Elle anime, entre autres, le groupe Energie de l’Association des régions de France. Madame GASSIN est également auteure de nombreux articles publiés dans La revue durable, Alternatives économiques, Global Chance, L’écologiste, Cosmopolitiques ou encore L’atlas du Monde Diplomatique. Elle est co-auteure d’un livre avec Monsieur Benjamin DESSUS publié en février 2005 aux éditions de l’Aube : So watt ? L’énergie, une affaire de citoyens.

Plus d’informations : www.cre.fr

Vous aussi, exprimez-vous !

Please enter your comment!
Veuillez renseigner votre nom ici

seize + 20 =