Égalité salariale : le plan du gouvernement pour supprimer les écarts

Lors de la journée internationale des droits des femmes, le Premier ministre Édouard Philippe a présenté son plan pour que le principe « à travail égal salaire égal », pourtant inscrit dans la loi depuis 35 ans, soit enfin appliqué dans les entreprises. Une dizaine de mesures sont prévues pour y arriver, et pour mettre fin au 9% « d’écarts injustifiés ».

A partir du 1er janvier 2019, les entreprises de plus de 250 salariés auront à leur disposition un logiciel pour évaluer les écarts. Pour les entreprises entre 50 et 250 salariés, ce sera le 1er janvier 2020. Les entreprises devront compenser chaque écart en constituant une enveloppe de rattrapage social en faveur des femmes. Les entreprises ont jusqu’à 2022 pour améliorer la situation. L’inspection du travail pourra alors imposer une obligation de résultats aux entreprises qui n’auront pas su réduire les inégalités salariales, sous peine d’une amende.

Chaque entreprise devra publier, sur leur site internet, le pourcentage d’écart de salaire injustifié. Enfin, dernière grande mesure, les contrôles de l’inspection du travail vont être considérablement renforcés : ils vont passer de 1730 à 7000 par an pour les entreprises de plus de 250 salariés et à 30 000 par an pour celles de 50 à 249 salariés (qui sont beaucoup plus nombreuses).

Lire l’article du Parisien.

Vous aussi, exprimez-vous !

Please enter your comment!
Veuillez renseigner votre nom ici

vingt − seize =