Les « zones blanches » de la mobilité : près de 25.000 communes concernées

Le Centre d’études et d’expertises sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (CEREMA), établissement public pour le développement et la cohésion des territoires a révélé dans le cadre de son retour sur les Assises de la mobilité, que 72 % de la population française vit dans un « ressort territorial », c’est-à-dire un périmètre couvert par une autorité organisatrice de la mobilité (AOM).

Un graphique représentant les AOM
Graphique réalisé par le Cerema

Mais ce pourcentage masque la réalité d’une grande disparité géographique puisque les 330 AOM françaises sont particulièrement concentrées dans les zones urbaines et ne couvrent que 25% du territoire. Car les AOM se sont logiquement constituées en majorité dans « les centres urbains, là où les enjeux de mobilité sont les plus marqués ». Près de 19 millions d’habitants habitent donc dans « une zone blanche de mobilité, c’est-à-dire hors d’une zone couverte par une AOM ». Le Cerema préconise un travail de réflexion pour « identifier de nouvelles formes d’organisation de la mobilité » qui soient adaptées aux spécificités du monde rural car la question des transports du quotidien y est tout aussi importante.

Cet enjeu doit être l’un des objectifs de la future loi d’orientation sur les mobilités (LOM). le Cerema rappelle que la ministre des transports, Élisabeth Borne s’est engagée lors des assises sur ce sujet : « La loi mettra donc en œuvre les leviers nécessaires pour que l’ensemble du territoire soit couvert par une autorité organisatrice de la mobilité. »

La carte de France représentant les ressorts territoriaux
Carte réalisée par le Cerema

Consulter la Lettre d’infos des transports et de la mobilité du CEREMA.

Vous aussi, exprimez-vous !

Please enter your comment!
Veuillez renseigner votre nom ici

dix-neuf + 4 =