Un exemple d’éco-quartier : Les Sècheries (Bègles, 33)

Les SècheriesA Bègles (33), Les Sècheries sont un projet urbain singulier et innovant : intégrer des logements au sein d’un parc !

Le 4 février 2016, Axanis, filiale accession sociale à la propriété d’Aquitanis, a lancé ce nouveau projet d’habitat participatif à Bègles. Le projet des Sècheries doit donner la possibilité à une quarantaine de familles de devenir propriétaire.

Le principe : proposer des réponses originales à tous ceux qui souhaitent accéder à la propriété à prix maîtrisé (prix jusqu’à 30 % inférieur à celui du marché), tout en s’impliquant de la conception à la réalisation dans un projet différent avec des voisins choisis.

L’association AERA (Actions, études et recherche sur l’architecture, l’habitat et la ville) sera chargée d’animer les réunions avec des ateliers participatifs afin d’accompagner les futurs accédants dans les phases de programmation, de la gestation du projet à leur emménagement.

Nommé en référence à l’histoire du site liée à la pêche à la morue qui a assuré la prospérité de la ville durant tout le XIXème siècle, le projet propose un »Parc habité » de 9 hectares, où architecture et nature s’imbriquent et présentent un large espace paysagé.

Les habitants acteurs au sein du quartier

 

Point caractéristique des projets d’éco-quartier : le rôle central du résident dans la vie et l’élaboration de son quartier, la conviction qu’il est également possible d’inventer de nouvelles manières de vivre la ville, à la fois « bien chez soi et bien ensemble », que les différentes résidences sont davantage que de simples quartiers résidentiels.

L’aménagement du site vise à favoriser la convivialité et ce nouvel idéal de l’habitat est rendue possible par des locaux mutualisables dans chaque résidence.

Les SècheriesLes échanges et la solidarité ne se décrétant pas, ces modes vie se construiront avec les habitants qui imagineront selon leurs activités, leurs besoins et leurs envies, non seulement les usages des espaces partagés, la création de services communs mais aussi les règles du jeu de gestion et d’utilisation. Un espace en ligne accessible depuis ce site permettra aux habitants des Sècheries d’échanger, de réagir, de mieux se connaître : actualités, discussions et idées, petites annonces, sondages…

Chaque résidence mettra à disposition des locaux à partager, dont les usages seront définis par le collectif d’habitants.

Les résidents auront la possibilité d’intervenir sur certains éléments du projet :

  • Pourquoi ? Pour pouvoir proposer et discuter d’idées d’améliorations du « parc » (espace pour les chiens, classe de yoga sur le toit du parking…).
  • Comment ?  Les médiateurs sont là, attentifs aux propositions, qui seront par la suite discutées avec les autres habitants et les techniciens.
  • Quand ?  Sur le site Internet, dans l’espace habitants, on peut trouver un forum qui permettra de communiquer avec les médiateurs et les autres habitants pour une première proposition. Par la suite, l’organisation d’ateliers de travail pour trouver des solutions qui conviennent à tous sera prise en charge par les médiateurs.

Chaque initiative sera étudiée au cas par cas avec les partenaires (habitants, syndic de copropriété, promoteurs, Aquitanis, Mairie de Bègles, associations).

Le programme s’attachera à la spécificité du lieu et aux attentes des habitants tout en intégrant les fondamentaux du développement durable :

• une gestion responsable des ressources : sobriété énergétique voire autonomie, utilisation de matériaux bio-sourcés,

• la valorisation de l’économie sociale et solidaire : recours aux circuits courts et à des entreprises locales,

• l’innovation sociale : auto-construction sur le second oeuvre si les habitants le souhaitent avec l’objectif de diminuer le coût.

Le « parc » habité

 

La dimension paysagère y est très importante, avec de nombreux arbres fruitiers, des végétaux déjà plantés et un respect de la biodiversité existante. Tout en respectant les espaces privés de chaque parcelle et en portant une attention à l’intimité de chacun, le Parc habité prévoit des espaces de liberté et d’appropriation pour les résidents où chacun sera force de proposition pour les faire évoluer (activités à organiser, équipements à installer…).

Toutes les résidences construites s’ouvriront sur le Parc, vaste espace de nature, où les  habitants pourront jouer, jardiner, se reposer, pique-niquer…

Le Parc comportera notamment un réseau venelles et de cheminements libres entre les îlots pour les déplacements doux ainsi que des ruelles traversantes privatives. L’intervention d’un paysagiste à l’échelle du quartier et l’introduction d’essences adaptées aux sols permettront d’assurer le respect de l’identité du lieu.Les Sècheries

L’idée pour les futurs propriétaires est de retrouver l’idéal de la maison individuelle, qui a un accès direct sur la rue et un jardin. L’idée du parking commun permet d’avoir de vastes étendues d’espaces verts, de jardins, des parcs publics dans lesquels certains équipements pourront être rajoutés en fonction des besoins et envies des résidents (barbecue, balançoire, toboggan…).

La nature sera omniprésente par le biais des espaces de jardins mais aussi les très nombreux arbres, arbustes, massifs de fleurs plantés ici et là…

Que faire des voitures ?

 

L’idée est d’éviter que chacun des ménages ne garent sa voiture au bas de l’immeuble, ce qui signifierait autant de surfaces supplémentaires à bétonner. Les porteurs du projet ont donc décidé la construction d’un parking collectif de 415 places (pour 350 logements), ce qui permettra de gagner autant de superficies de jardins et d’arbresLes Sècheries

En achetant un logement et selon sa taille, un ou deux droits d’usage du parc sont alors acquis pour 20 ans, libre d’usage (on peut sous-louer par exemple), cependant il n’est possible de stationner qu’un seul véhicule par carte d’abonnement. Le parking comporte également 8 places équipées de borne de recharge électrique et un local vélos sécurisé.

De plus, le parking collectif est pensé comme pouvant s’adapter aux demandes des usagers. Il pourra accueillir, si besoin, des locaux professionnels ou d’autres logements, des manifestations ou des fêtes de quartiers pourront être organiser au rez-de-chaussée, toujours dans l’esprit d’organisation démocratique, collective.

Vous aussi, exprimez-vous !

Please enter your comment!
Veuillez renseigner votre nom ici

2 × 4 =